Capillaire des murailles

Asplenium trichomanes L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Polypodiales Famille : Aspleniaceae Genre : Asplenium

  • 297
    observations

  • 95
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1985

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Bagnoles de l'Orne Normandie - Beauvain - Boischampré - Boitron - Boulay-les-Ifs - Carrouges - Ceaucé - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Colombiers - Coulonges-sur-Sarthe - Cuissai - Domfront en Poiraie - Écouves - Essay - Évron - Hauterive - Héloup - Javron-les-Chapelles - Joué-du-Bois - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Chaux - La Coulonche - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Lalacelle - Laleu - La Motte-Fouquet - La Pallu - La Roche-Mabile - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Méhoudin - Mont-Saint-Jean - Mortain-Bocage - Mortrée - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Pacé - Passais Villages - Perrou - Pezé-le-Robert - Rânes - Rives d'Andaine - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Sainte-Marie-la-Robert - Saint-Fraimbault - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Sillé-le-Guillaume - Tessé-Froulay - Thub?uf - Torchamp - Villaines-la-Juhel - Vimartin-sur-Orthe

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Fougère vivace hémicryptophyte, de taille grêle comprise entre 4 et 20 cm, formant des touffes généralement très fournies. Frondes à limbe une seule fois divisé, glabre ou presque, étroit, allongé, atténué aux deux extrémités. Pétiole court, sans écaille, entièrement brun-noirâtre et luisant sur toute sa longueur, comme le rachis. Pennes des frondes très nombreuses (15-40 paires), petites (6 à 8 mm de long et de large au maximum), ovales ou légèrement oblongues, arrondies au sommet, finement crénelées-dentées, tronquées et un peu en coin à la base. Les sores apparaissent entre mai et septembre et sont disposés en oblique sur deux rangs par rapport à la nervure centrale des pennes.

Facilité d'indentification :
Facile

Confusions possibles :
Le limbe divisé seulement une fois avec de nombreuses paires de folioles, ainsi que le rachis brun-noirâtre et luisant sur toute sa longueur permettent la détermination facile de l’espèce.

Répartition générale :
Espèce cosmopolite répandue sur presque toute la surface du globe, aussi bien dans les régions tempérées des deux hémisphères que dans les régions montagneuses tropicales.

Habitat et biologie :
Principalement chasmophyte, l’espèce est fréquente dans les fissures des rochers calcaires ou siliceux, parfois terricole sur des pentes de talus, dans des situations ensoleillées ou ombragées, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 m d’altitude. Certaines sous-espèces sont strictement calcicoles ou silicicoles. Hors des milieux naturels, elle colonise les vieux murs et les murets de pierres sèches des villes et des villages.

D'après :
Prelli, R. & Boudrie, M. 2001. Les Fougères et plantes alliées de France et d’Europe occidentale. Belin. 432 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
G1.A4111 : Forêts de ravin à Frêne, Érable sycomore et Langue de cerf
H3.25 : Communautés chasmophytiques alpines et subméditerranéennes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Asplenium alatum Dulac, 1867
Asplenium harovii Godr., 1842
Asplenium linnaei Soó, 1964
Asplenium melanocaulon Willd., 1809
Asplenium saxatile Salisb., 1796
Asplenium subrotundum St.-Lag., 1889
Asplenium trichomanes var. harovii (Milde) Luerss.
Asplenium trichomanes var. incisocrenatum Christ, 1900
Asplenium trichomanes var. incisum T.Moore, 1857
Asplenium trichomaniforme H.P.Fuchs, 1963
Asplenium umbrosum (Milde) Goldschm., 1901
Phyllitis rotundifolia Moench, 1794
Trichomanes callitriche Bubani, 1902

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.