• 373
    observations

  • 88
    communes

  • 20
    sources

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ambrières-les-Vallées - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Bagnoles de l'Orne Normandie - Beauvain - Boischampré - Boitron - Bourg-le-Roi - Carrouges - Champfrémont - Champsecret - Coulonges-sur-Sarthe - Cuissai - Domfront en Poiraie - Écouves - Essay - Francheville - Gandelain - Ger - Hauterive - Héloup - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Motte-Fouquet - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Grez - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Marchemaisons - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Moulins-le-Carbonnel - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Passais Villages - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Ravigny - Rives d'Andaine - Rouessé-Vassé - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Cyr-en-Pail - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-des-Landes - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-de-Sillé - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Sées - Sillé-le-Guillaume - Sougé-le-Ganelon - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - HESNARD Olivier - Habitants-bénévoles - Mayenne Nature Environnement (MNE) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - Noé (association de défense de l'environnement) - PNR Normandie-Maine - PNR du Perche - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN) - Vigie Nature

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur 14 cm ; Envergure jusqu’à 25 cm. Passereau aux couleurs vives, il présente des parties supérieures marron, avec une queue et des ailes noires pointées de blanc. Une large zone jaune orne les rectrices et les couvertures alaires. La tête des adultes est noire et blanche et leur face est rouge. Il y a très peu de dimorphisme sexuel. Les mâles ont toutefois une face rouge légèrement plus étendue que chez les femelles. Chez les juvéniles, la tête est grise, les parties inférieures et supérieures sont striées.

Facilité d'indentification :
Simple.

Confusions possibles :
Aucune espèce ressemblante.

RÉPARTITION GÉNÉRALE

Le Chardonneret élégant est présent dans une large partie du Paléarctique occidental de la Macaronésie et l’Afrique du nord jusqu’au centre de la Sibérie.

Habitat et biologie :
C’est une espèce commune des milieux peu densément boisés, haies, bosquets d’arbres, parcs et jardins. La femelle construit un nid dans un arbre et couve seule 4 à 6 œufs en moyenne pendant que le mâle la nourrit. Trois couvées peuvent être élevées par an. L’espèce se nourrit principalement de graines prélevées au sol, dans la végétation herbacée et arborée ; elle ingère de petits cailloux pour faciliter le broyage les graines dans son gésier. Durant la saison estivale, les insectes complètent son régime. En dehors de la saison de reproduction, les individus se rassemblent parfois en grandes troupes mixtes avec d’autres passereaux pour s’alimenter, notamment dans les friches.

Source : fiche descriptive, INPN
F2 : Fourrés arctiques, alpins et subalpins
F3 : Fourrés tempérés et méditerranéo-montagnards
F4 : Landes arbustives tempérées
F5 : Maquis, matorrals arborescents et fourrés thermo-méditerranéens
F6 : Garrigues
F7 : Landes épineuses méditerranéennes (phryganes, landes-hérisson et végétation apparentée des falaises littorales)
FA : Haies
FB : Plantations d'arbustes
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G2 : Forêts de feuillus sempervirents
G3 : Forêts de conifères
G4 : Formations mixtes d'espèces caducifoliées et de conifères
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
X10 : Bocages
X11 : Grands parcs

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Fringilla carduelis Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.