• 503
    observations

  • 96
    communes

  • 18
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ancinnes - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Avrilly - Bagnoles de l'Orne Normandie - Barenton - Beauvain - Boischampré - Boitron - Carrouges - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Coulonges-sur-Sarthe - Domfront en Poiraie - Écouves - Essay - Gandelain - Hauterive - Héloup - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Coulonche - La Ferrière-Béchet - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Motte-Fouquet - La Pallu - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Marchemaisons - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortain-Bocage - Mortrée - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Passais Villages - Pezé-le-Robert - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Ravigny - Rives d'Andaine - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Cyr-du-Bailleul - Saint-Cyr-en-Pail - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Saint-Fraimbault - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Julien-sur-Sarthe - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-de-Sillé - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Sées - Sillé-le-Guillaume - Sougé-le-Ganelon - Tanville - Tessé-Froulay - Villaines-la-Carelle - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - HESNARD Olivier - Habitants-bénévoles - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR Normandie-Maine - PNR du Perche - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur 17-19 cm, envergure 32-34,5 cm, poids 16-22 g.

Elle dépend pour sa survie d’un accès permanent à de petits insectes volants, qu’elle chasse dans les couches basses de l’air. Elle évite normalement les forêts denses et les zones très urbanisées, préférant les villages et surtout les fermes. Elle s’installe dans les étables, les écuries, les porcheries… où elle trouve chaleur et sites de nid, avec de l’eau à proximité.

L’Hirondelle de cheminée est insectivore et se nourrit essentiellement de diptères pendant la saison de reproduction. Ses proies tendent à être plus grosses que celles de l’Hirondelle de fenêtre, qui capture beaucoup de pucerons. Sauf dans les cas particuliers d’abondance de proies non volantes ou de conditions météorologiques exécrables, la chasse au vol est systématique.

L’espèce est très grégaire en dehors de la saison de reproduction, se regroupant en dortoirs comprenant parfois des milliers d’oiseaux, mais niche souvent isolément. Elle est monogame (rares cas de polygynie). La fidélité à vie est assez fréquente. Les deux partenaires défendent le territoire autour du nid. C’est le mâle qui choisit l’emplacement et il arrive qu’il construise le nid avant le retour de la femelle. Les mâles qui ont les plus longs filets sur la queue sont les plus attirants ; ils s’apparient les premiers et se reproduisent avec le plus de succès.

Le nid est construit sur une saillie ou une poutre. C’est une coupe ou une demi-coupe d’une dizaine de centimètres de profondeur, faite de boue le plus souvent mélangée à des éléments végétaux, puis recouverte de plumes. La ponte de 4 ou 5 œufs (extrêmes : 2 à 7) est déposée à partir de mi-avril. L’incubation dure 11 à 19 jours et les jeunes s’envolent à l’âge de 20 jours environ. Il y a souvent 2 couvées annuelles.

Source : fiche descriptive, INPN
J1 : Bâtiments des villes et des villages
J2 : Constructions à faible densité

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Chelidon rustica (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.