Tourterelle turque

Streptopelia decaocto (Frivaldszky, 1838)

Classe : Aves Ordre : Columbiformes Famille : Columbidae Genre : Streptopelia

  • 439
    observations

  • 83
    communes

  • 19
    sources

  • Première observation
    1986

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Bagnoles de l'Orne Normandie - Barenton - Beauvain - Boischampré - Bourg-le-Roi - Carrouges - Champfrémont - Champsecret - Coulonges-sur-Sarthe - Couptrain - Cuissai - Domfront en Poiraie - Essay - Évron - Hauterive - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Coulonche - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Roche-Mabile - Larré - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Marchemaisons - Ménil-Erreux - Mieuxcé - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Pacé - Passais Villages - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Ravigny - Rives d'Andaine - Rouessé-Vassé - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Cyr-en-Pail - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Julien-sur-Sarthe - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Paul-le-Gaultier - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Villaines-la-Carelle - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Eole Champagne Conlinoise - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - HESNARD Olivier - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - Mayenne Nature Environnement (MNE) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - Office Français de la Biodiversité (OFB) - PNR Normandie-Maine - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur 27 cm, envergure 55 cm, poids moyen 200 g.

Diagnose :
L’espèce se distingue par sa coloration gris rosé, son demi-collier noir et ses rémiges primaires noirâtres.

Détermination :
Le chant trisyllabique cou-couh-cou est caractéristique. Il appartient aux émissions vocales simples composées de deux types de sons (structure rythmique sur trois notes, très caractéristique, la deuxième note étant accentuée).
https://inpn.mnhn.fr/jeux/oiseaux/listen/emissions_vocales_simples_deux_sons/3429

Biologie-éthologie :
L’espèce est sédentaire, pouvant former des dortoirs hivernaux regroupant parfois plusieurs centaines d’individus. Elle se nourrit le plus souvent de graines trouvées à terre. Elle chante fréquemment durant la saison de nidification, mais peut chanter presque toute l’année. La saison de nidification peut commencer dès février et se prolonger jusqu’en septembre. Bien que la ponte ne comprenne que deux œufs, la brièveté de l’incubation (deux semaines) et de la période d’élevage (un mois environ, mais les jeunes quittent parfois le nid dès l’âge de deux semaines) autorise un nombre conséquent de nichées successives (régulièrement 4, mais parfois jusqu’à 6 par an). Le réchauffement climatique est susceptible d’entraîner une augmentation du nombre des nichées.

Biogéographie et écologie :
Ce n’est qu’au cours du XXème siècle que cette tourterelle a colonisé l’Europe de l’ouest, atteignant la France à partir de 1950. Elle est aujourd’hui commune dans les villes et les villages, notamment dans les jardins de banlieue et à la campagne, plus rare dans les grands centres urbains.

Source : fiche descriptive, INPN
F5 : Maquis, matorrals arborescents et fourrés thermo-méditerranéens
F6 : Garrigues
FA : Haies
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
J1 : Bâtiments des villes et des villages
J2 : Constructions à faible densité
X11 : Grands parcs

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Columba decaocto Frivaldszky, 1838

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.