Écureuil roux

Sciurus vulgaris Linnaeus, 1758

Classe : Mammalia Ordre : Rodentia Famille : Sciuridae Sous-Famille : Sciurinae Tribu : Sciurini Genre : Sciurus

  • 362
    observations

  • 88
    communes

  • 15
    sources

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2022

Alençon - Ancinnes - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Bagnoles de l'Orne Normandie - Barenton - Beauvain - Boischampré - Boulay-les-Ifs - Carrouges - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Couptrain - Crissé - Cuissai - Domfront en Poiraie - Dompierre - Écouves - Essay - Francheville - Gandelain - Hauterive - Joué-du-Bois - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Chaux - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Roche-Mabile - Larré - Lassay-les-Châteaux - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Louzes - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Méhoudin - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortrée - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Passais Villages - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Rives d'Andaine - Rouperroux - Saint-Brice - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Cyr-en-Pail - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Saint-Fraimbault - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-des-Landes - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Sougé-le-Ganelon - Tessé-Froulay - Torchamp - Villaines-la-Carelle - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail - Vimartin-sur-Orthe

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Mammalogique Normand (GMN) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - PNR du Perche - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - THOMAS Bastien

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur : 19-25 cm plus 14 à 20 cm de queue. Poids : 205-390 g. Dents (22): I1/1, C0/0, P2/1, M3/3.

Le corps est allongé. La tête est plutôt ronde. Les oreilles sont grandes et prolongées par un pinceau de poils plus fourni en hiver, la queue est longue (presqu'autant que la tête plus le corps) et touffue. Les yeux sont assez gros. Les pieds antérieurs ont 4 doigts et les postérieurs, plus longs, en ont 5. Le pelage est généralement roux, sauf le ventre, le dessous du cou et l'intérieur des pattes qui sont blanc. Il existe toutefois des individus gris, voire noirs, en particulier en montagne.
On ne peut pas le confondre avec d'autres espèces en France, sauf dans la région d'Antibes où vit une espèce introduite : l'Écureuil à ventre rouge (Callosciurus erythraeus). Ce dernier a le ventre roux acajou et pas de touffe de poils aux oreilles.

L'Écureuil roux est strictement diurne. Il se repose la nuit dans un nid sphérique en brindilles et mousses, construit à plusieurs mètres de hauteur dans le houppier d'un arbre, parfois dans une cavité. C'est un excellent grimpeur, capable de grands bonds pour passer d'un arbre à l'autre. La période de reproduction va du printemps à l'automne. La gestation dure 5 à 6 semaines. Il y a une portée annuelle, rarement deux, composée de 3 petits en moyenne. Il vit de 6 à 7 ans.

L'Écureuil roux consomme beaucoup de graines (glands, noisettes, noix, graines extirpées des pommes de pins...) mais aussi des champignons et, plus rarement, des insectes, des œufs d'oiseaux ou des oisillons. Si la nourriture vient à manquer, il peut consommer des bourgeons et des écorces, ce qui lui vaut d'avoir mauvaise réputation auprès de certains forestiers. Il fait des provisions en enterrant des graines à un ou deux centimètres de profondeur. Il ne retrouve pas toutes ses caches, participant ainsi à la dissémination des graines.

L'Écureuil roux est présent partout où il y a des arbres en quantité suffisante (forêts, bosquets, parcs, bocages). Il préfère les forêts de résineux mais il fréquente aussi volontiers les feuillus.

Références :
AULAGNIER S., HAFFNER P., MITCHELL-JONES A.J., MOUTOU F. & ZIMA J. 2008. Guide des mammifères d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche Orient. Delachaux et Niestlé, Paris. 271 p.
QUÉRÉ J.-P. et LE LOUARN H. 2011. Les rongeurs de France. Éditions Quae, Versailles. 311 p.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Sciurus alpinus
Sciurus balcanicus
Sciurus carpathicus
Sciurus croaticus
Sciurus europaeus
Sciurus fuscoater
Sciurus graeca
Sciurus italicus
Sciurus leucurus
Sciurus lilaeus
Sciurus typicus
Sciurus vulgaris hoffmanni Valverde, 1968
Sciurus vulgaris leucourus Kerr, 1792
Sciurus vulgaris vulgaris

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.