• 117
    observations

  • 56
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1987

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels Occitanie (CEN Occitanie) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
toute l’Europe, Moyen-Orient, Asie du Nord, Amérique du Nord

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - femelle : 10-20 mm, mâle : 5-11 mm.

La coloration générale est brune. Le dessin du dos de l’abdomen (folium), avec un ensemble de taches blanches formant une croix et avec une partie médianebrune se terminant en pointe, bordée d’une ligne blanche dentelée, est caractéristique d’un groupe d’épeires (A. diadematus, A. marmoreus et A. pallidus). La distinction avec A. pallidus, méridionale, nécessite l’observation des pièces génitales.

Milieux colonisés :
Elle colonise tous les milieux qui permettent de tisser une toile assez grande, du sol jusqu’à une hauteur de 1m50-2m. On l’observe plutôt dans des milieux pas trop secs et rarement en forêt épaisse.

Chasse :
La toile capture une grande variété d’insectes volants. L’araignée capture les plus gros mais délaisse les plus petits (par exemple les pucerons) qui seront consommés au moment de la réfection de la toile.

Développement, cycle :
Le cycle est annuel en France, mais peut atteindre deux ans (biennal) pour quelques individus. Les mâles sont présents de fin août à septembre, les femelles de septembre au début de l’hiver.

Devenu adulte, le mâle recherche les femelles qu’il trouve grâce aux phéromones qu’elles dissipent dans l’air. La parade, qui a lieu à partir de la toile, est particulièrement longue. Dès la fin de l’accouplement, le mâle est souvent agressé. La ponte a lieu en automne. Les cocons sont cachés dans la litière, sous les écorces. Chaque cocon comprend plusieurs centaines d’œufs (500 à 900). Il existe une diapause embryonnaire levée par le froid. Les jeunes sortent des cocons en mai. Ils restent quelques jours ensemble puis se dispersent. Les individus n’ayant pas atteint le stade adulte en hiver, ou des femelles non fécondées, peuvent survivre. Mais les femelles ne pondent qu’en jours décroissants, aussi le cycle ne sera-t-il bouclé qu’à l’automne suivant.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Araneus diadematus nemorosus Simon, 1929
Araneus diadematus soror (Simon, 1874)
Araneus diadematus stellatus (C.L. Koch, 1836)
Araneus diademus (Clerck, 1758)
Epeira diademata (Clerck, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.