Coccinelle à 7 points

Coccinella septempunctata Linnaeus, 1758

Classe : Hexapoda Ordre : Coleoptera Famille : Coccinellidae Sous-Famille : Coccinellinae Tribu : Coccidulini Genre : Coccinella

  • 296
    observations

  • 66
    communes

  • 12
    sources

  • Première observation
    1900

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
5-8 mm.

Diagnose :
Corps noir, les élytres rouges avec six taches noires plus ou moins larges, et une tache scutellaire noire et blanche, en cœur inversé, à la base du thorax. La larve est grise avec des tâches jaunes et noires.

Facilité d’identification :
Délicate.

Espèces proches :
Aussi surprenant que cela puisse paraître, de nombreuses autres espèces de coccinelles peuvent être confondues avec la très commune Coccinelle à sept points. La coccinelle Coccinella magnifica Redtenbacher, 1843 n’en diffère que par des critères ténus, comme la convexité des élytres. La Coccinelle à 5 points (Coccinella quinquepunctata Linnaeus, 1758) n’a que deux points de moins, mais certaines formes peuvent avoir le même nombre de points, et cela s’avère vrai pour toutes les espèces françaises du genre Coccinella. Ceratomegilla undecimnotata (Schneider, 1792), ne s’en distingue que par des lignes fémorales absentes.

Période d’observation :
Elle est très commune toute l’année (bien que moins active en hiver).

Biologie-ethologie :
Les adultes, comme les larves, se nourrissent de pucerons. On les rencontre sur les plantes infestées, d’abord colonisées par les adultes (qui se déplacent en volant), qui finissent par s’y reproduire et y pondre. Les larves viennent alors compléter l’activité de prédation. La Coccinelle à sept point peut consommer un très large spectre d’espèces de pucerons (chaque espèce de coccinelle ne peut consommer que certaines espèces de pucerons, les autre lui étant toxiques). Les adultes complètent leur régime alimentaire avec du pollen, pour une part variant de 30 à 50%. Les fourmis, qui élèvent les pucerons, les protègent fréquemment des Coccinelles.

Biogéographie :
L’espèce est connue de toute la France métropolitaine.

D'après: Iablokoff-Khnzorian, S.M. 1982. Les Coccinelles (Coléoptères Coccinelidae Coccinelinae). N. Boubée, Paris. 565 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aucun synonyme pour ce taxon

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.