• 733
    observations

  • 128
    communes

  • 14
    sources

  • Première observation
    1905

  • Dernière observation
    2023

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ambrières-les-Vallées - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Avrilly - Bagnoles de l'Orne Normandie - Bais - Beauvain - Boischampré - Boitron - Boulay-les-Ifs - Bursard - Carrouges - Ceaucé - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Colombiers - Coulonges-sur-Sarthe - Couptrain - Cuissai - Domfront en Poiraie - Dompierre - Écouves - Essay - Évron - Francheville - Fresnay-sur-Sarthe - Gandelain - Hauterive - Héloup - Javron-les-Chapelles - Joué-du-Bois - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Chaux - La Coulonche - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Motte-Fouquet - La Pallu - La Roche-Mabile - Larré - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Marchemaisons - Méhoudin - Ménil-Erreux - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortain-Bocage - Mortrée - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Neuilly-le-Bisson - Neuilly-le-Vendin - Pacé - Passais Villages - Perrou - Pezé-le-Robert - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Rennes-en-Grenouilles - Rives d'Andaine - Rouessé-Vassé - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Brice - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Sainte-Marie-la-Robert - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Gilles-des-Marais - Saint-Julien-sur-Sarthe - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-des-Landes - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Paul-le-Gaultier - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Sillé-le-Guillaume - Sougé-le-Ganelon - Tanville - Tessé-Froulay - Thub?uf - Torchamp - Villaines-la-Carelle - Villaines-la-Juhel - Villeneuve-en-Perseigne - Vimartin-sur-Orthe

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CHOLET Joachim - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - LE GOÏC Matthieu - LE MARQUER Alain - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - Tela Botanica - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Plante annuelle, parfois bisannuelle, assez trapue, ce Géranium est très polymorphe et montre une taille très variable comprise entre 15 et 60 cm. La plante est velue-glanduleuse, à odeur forte et peu agréable, d’un vert foncé souvent teinté de rouge. La tige ramifiée et dressée est facilement cassante. Elle porte des feuilles à contour polygonal, profondément découpées en 3 à 5 segments primaires longuement et distinctement pétiolulés, eux-mêmes bipennés. Les fleurs sont groupées par deux au sommet de longs pédoncules velus. Rouges, roses ou parfois blanches, elles sont caractérisées par des pétales entiers dépassant nettement le calice et des étamines à filets glabres et à anthères orange foncé. Les fruits mûrs sont longs de 15 à 30 cm.

Facilité d'identification :
Moyenne.

Confusions possibles :
Risque de confusion avec Geranium purpureum, qui se caractérise par des pétales qui dépassent peu les sépales et des étamines à anthères jaunes, rarement orangées.

Répartition générale :
Espèce présente en Europe, en Asie occidentale et colonise également la Macaronésie, le nord de l’Afrique et de l’Amérique.

Habitat et biologie :
Espèce commune, qui fleurit principalement de mars à septembre, voire jusqu’à décembre. Ubiquiste, elle colonise des endroits très variés comme les vieux murs, les haies, les décombres, les coteaux, les bois clairs, les endroits frais ou les pelouses, les pierriers, les éboulis, etc.

Source : fiche descriptive, INPN
E5.43 : Lisières forestières ombragées
F3.11 : Fourrés médio-européens sur sols riches
G1.7A1212 : Pannonic alkali steppe oak woods
G1.A22 : British Fraxinus - Acer campestre - Mercurialis perennis forests
H2.6C : Illyrian sub-Mediterranean screes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Geranium foetidum Moench, 1794 [nom. illeg. hom. et superfl.]
Geranium graveolens Stokes, 1812 [nom. illeg. superfl.]
Geranium palmatisectum Dulac, 1867 [nom. illeg. superfl.]
Geranium rupertianum Beckh., 1893 [orth. var.]
Robertiella robertiana (L.) Hanks, 1907
Robertium vulgare Picard, 1837 [nom. illeg. superfl.]

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.