Cornouiller sanguin

Cornus sanguinea L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Cornales Famille : Cornaceae Genre : Cornus

  • 344
    observations

  • 103
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1876

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Alençon - Ambrières-les-Vallées - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Beauvain - Boischampré - Boitron - Boulay-les-Ifs - Bursard - Carrouges - Ceaucé - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Colombiers - Coulonges-sur-Sarthe - Cuissai - Domfront en Poiraie - Dompierre - Écouves - Essay - Évron - Fresnay-sur-Sarthe - Gandelain - Hauterive - Héloup - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Laleu - La Pallu - Larré - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Ventes-de-Bourse - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Louzes - Magny-le-Désert - Mamers - Marchemaisons - Méhoudin - Ménil-Erreux - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortrée - Moulins-le-Carbonnel - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Neuilly-le-Bisson - Pacé - Passais Villages - Perrou - Rânes - Rennes-en-Grenouilles - Rives d'Andaine - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Sainte-Marie-la-Robert - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Gilles-des-Marais - Saint-Julien-sur-Sarthe - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Paul-le-Gaultier - Saint-Rémy-du-Val - Sées - Sillé-le-Guillaume - Sougé-le-Ganelon - Tanville - Tessé-Froulay - Thub?uf - Torchamp - Villaines-la-Carelle - Villaines-la-Juhel - Villeneuve-en-Perseigne - Vimartin-sur-Orthe - Vivoin

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Arbrisseau de 1,5 à 3 m. Le Cornouiller sanguin est un petit arbuste de la famille des Cornaceae, à jeunes rameaux de couleur rouge sang, à feuilles entières opposées et à nervures marquées. Ses inflorescences sont terminales et disposées en corymbe. Les fleurs sont tétramères et à corolles blanches. Ces dernières persistent après dessiccation et sont donc visibles tout au long de l’année. L’extrémité des limbes ovales est brièvement mucronée. Le fruit est une drupe, de forme subsphérique, noire à maturité, au goût amère. Ses fleurs sont hermaphrodites. La pollinisation est assurée par les insectes. Les drupes sont disséminées par les animaux, qui s’en nourrissent (endozoochorie).

Détermination :
Moyennement difficile.

Espèces proches :
Peut être confondu avec le Cornouiller mâle (Cornus mas), pour peu que les jeunes rameaux ne soit pas d’une couleur rouge sang très marquée et que les fleurs soient sèches. A la différence du Cornouiller sanguin, outre les jeunes rameaux verts ou brunâtres, les fleurs sont jaunes sur le Cornouiller mâle. Les fleurs y sont disposées en ombelles et non en corymbe. L’inflorescence est latérale et antérieure aux feuilles, on ne peut l’observer qu’à la fin de l’hiver jusqu’au début du printemps. Enfin les fruits sont rouges et non noirs.

Biologie-ethologie :
Floraison de mai à juillet. Fructification en septembre, octobre.

Biogéographique et écologie :
Espèce de fourrés, fossés en éboulis, friches, bois clairs. Cette espèce est présente principalement sur les continents européen et asiatique.

D’après :
Tison, J.-M., Jauzein, P. & Michaud, H. 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Naturalia Publications, 2078 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
F3.11 : Fourrés médio-européens sur sols riches
F3.173 : Fourrés de Noisetiers périalpins
F3.221 : Fourrés caducifoliés subméditerranéens franco-ibériques
G1.214 : Forêts galeries nord-ibériques à Alnus
G1.312 : Forêts galeries provenço-languedociennes à Peupliers
G1.34 : Forêts galeries riveraines méditerranéennes à Ostrya carpinifolia
G1.A171 : Chênaies-charmaies calciphiles subatlantiques
G3.532 : Pinèdes à Pin de Salzmann pré-pyrénéennes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Swida sanguinea (L.) Opiz, 1838
Thelycrania sanguinea (L.) Fourr., 1868

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.