Cuivré commun (Le)

Lycaena phlaeas (Linnaeus, 1760)

Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Lycaenidae Sous-Famille : Lycaeninae Tribu : Lycaenini Genre : Lycaena

  • 194
    observations

  • 70
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1908

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur de l'aile antérieure : 10-17 mm.

Diagnose :
Le dessus des ailes antérieures est orange cuivré avec une bordure brune et parsemé de taches rectangulaires noires. Le dessus des ailes postérieures est brun avec une bande submarginale orange. Le dessous des ailes antérieures est identique au dessus. Le dessous des ailes postérieures est gris brun avec des points noirs et une légère bande submarginale orangée.

Détermination :
L'adulte est simple à reconnaître

Période d’observation :
Les adultes se rencontre de février à novembre.

Biologie-éthologie :
L'espèce a plusieurs générations par an. La chenille hivernante achève son développement au printemps au dépend de diverses espèces de Polygonacées, principalement du genre Rumex. Les jeunes chenilles consomment le parenchyme des feuilles à partir de la face externe en laissant l'épiderme interne. Ce comportement est visible au niveau des feuilles de la plante hôte qui sont parsemées de "fenêtres". La chrysalide est suspendue dans la végétation.

Biogéographie et écologie :
Cette espèce est présente dans tout l'hémisphère nord tempéré et dans l'est de l'Afrique. On la rencontre dans de multiples milieux herbacés. Les adultes sont observés jusqu'à plus de 2 200 m d'altitude.

D'après :
Essayan, R., Jugan, D., Mora, F. & Ruffoni, A. 2013. Atlas des papillons de jour de Bourgogne et de Franche-Comté (Rhopalocères et Zygènes). Revue Scientifique Bourgogne-Nature, Hors-Série (13) : 1-494.

Chinery, M. & Leraut, P. 1998. Photo-guide des Papillons d'Europe. Les photo-guides du naturaliste. Delachaux et Niestlé, 679 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
E2 : Prairies mésiques
I1 : Cultures et jardins maraîchers

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Chrysophanus phlaeas (Linnaeus, 1760)
Chrysophanus phlaeas polaris Courvoisier, 1911
Chrysophanus phlaeoides Staudinger, 1901
Heodes phlaeas (Linnaeus, 1760)
Lycaena phlaeas aestivus Zeller, 1847
Lycaena phlaeas nigrioreleus (Verity, 1920)
Lycaena phlaeas phlaeas (Linnaeus, 1760)
Papilio phlaeas Linnaeus, 1760
Polyommatus phlaeas (Linnaeus, 1760)
Polyommatus phlaeas cuprinus Peyerimhoff, 1862
Polyommatus phlaeas schmidtii Gerhard, 1853
Rumicia phlaeas nigrioreleus Verity, 1920

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.