• 67
    observations

  • 23
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - LAGRANDIE Julien - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Variable, pouvant aller jusqu'à 20 cm de diamètre, formant parfois des colonies étendues.

Diagnose :
Thalle foliacé généralement de grande taille, vert-jaunâtre à lobes larges de 5 à 13 mm, s'élargissant à l'apex. La face supérieure est plus ou moins irrégulièrement ridée et recouverte de soralies granuleuses grossières émergentes, surtout au centre et très peu vers l'extrémité des lobes. Thalle facile à décrocher de son support, son centre tend à se détacher naturellement avec le temps. La face inférieure est noire et pourvue de rhizines hormis vers l'apex des lobes où elle est marron et dépourvue de rhizines.
Les apothécies sont rares, elles atteignent 8 mm de diamètre. Le disque est rouge-marron et le rebord vert-jaunâtre, parfois avec quelques soralies.

Facilité d'identification : simple

Confusions possibles :
Se distingue de Flavoparmelia soredians (Nyl.) Hale par un thalle plus grand (F. soredians est généralement compris entre 5 et 10 cm de diamètre), des lobes dont l'extrémité est moins appliquée au substrat et plus large (jusqu'à 7 mm pour F. soredians) et des soralies granuleuses (farineuses pour F. soredians).

Répartition générale :
Répandu, présent en zone tempérée sur tous les continents et dans les montagnes tropicales à l'exception de l'Australie et de l'Antarctique.

Habitat et biologie :
Espèce surtout corticole croissant sur les écorces plus ou moins acides et assez bien éclairées, principalement sur feuillus, rarement sur résineux. Peut aussi se trouver sur des piquets de clôture, roches siliceuses, tuiles, etc.

Référence: Smith, C.W., Aptroot, A., Coppins, B.J., Fletcher, A., Gilbert, O.L., James, P.W. & Wolseley, P.A. 2009. The Lichens of Greta Britain and Ireland. The British Lichen Society. 1046 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Parmelia caperata (L.) ach., 1803
Parmelia caperata f. laevissima Gyeln., 1928
Parmelia caperata f. papillosa Harm., 1909
Parmelia caperata f. sorediosa Malbr.
Parmelia caperata var. cylisphora Ach., 1814
Parmelia caperata var. laevissima (Gyeln.) Ozenda & Clauzade, 1970
Parmelia caperata var. papillosa (Harm.) Ozenda & Clauzade, 1970
Parmelia caperata var. subglauca Nyl.
Pseudoparmelia caperata (L.) Hale, 1974

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.