• 222
    observations

  • 57
    communes

  • 14
    sources

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - HESNARD Olivier - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur 18-19 cm, envergure 25-27 cm, poids moyen 18 g.

C’est un oiseau typique des rivières et des ruisseaux, préférentiellement en montagne ou en terrain accidenté mais que l’on peut trouver également en plaine.

La Bergeronnette des ruisseaux se nourrit de larves d’insectes aquatiques, parfois aussi d’insectes volants qu’elle capture au cours de brèves poursuites aériennes.

Migratrice partielle, elle peut être observée en automne ou en hiver en des lieux où elle ne niche pas. La saison de nidification commence dès le mois de mars, au moins pour les populations de plaine, et peut se prolonger jusqu’en juillet ce qui autorise deux voire exceptionnellement trois nichées par an. Le chant du mâle est un gazouillis varié qui peut être émis lors d’un vol nuptial. Le cri le plus courant est un « tsip » aux sonorités plus métalliques que celui de la Bergeronnette grise.

Le nid est édifié sur la berge ou à proximité de l’eau courante, assez régulièrement dans une habitation, un vieux mur ou sous un pont. La ponte comprend 4 à 6 œufs, couvés essentiellement par la femelle. Les oisillons éclosent au bout d’une douzaine de jours, et sont activement nourris par les deux parents. Ils prennent leur envol en moins de deux semaines, mais l’élevage se poursuit ensuite à proximité du nid.

Source : fiche descriptive, INPN
C2 : Eaux courantes de surface

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Motacilla caspica
Motacilla caspica grisea
Motacilla cinerea cinerea Tunstall, 1771

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.