• 491
    observations

  • 121
    communes

  • 22
    sources

  • Première observation
    1989

  • Dernière observation
    2024

Alençon - Ancinnes - Argentan - Assé-le-Boisne - Athis-Val de Rouvre - Aunay-les-Bois - Avrilly - Bagnoles de l'Orne Normandie - Bais - Beauvain - Boischampré - Boitron - Boulay-les-Ifs - Bursard - Carrouges - Ceaucé - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Colombiers - Coulonges-sur-Sarthe - Crissé - Cuissai - Domfront en Poiraie - Douillet - Écouves - Essay - Évron - Francheville - Fresnay-sur-Sarthe - Gandelain - Hauterive - Héloup - Joué-du-Bois - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Coulonche - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - Laleu - La Motte-Fouquet - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Champ-de-la-Pierre - Le Housseau-Brétignolles - Le Mêle-sur-Sarthe - Le Ménil-Broût - Le Ménil-Scelleur - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Magny-le-Désert - Mamers - Mantilly - Marchemaisons - Méhoudin - Ménil-Erreux - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortain-Bocage - Mortrée - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Neuilly-le-Bisson - Pacé - Passais Villages - Perrou - Pezé-le-Robert - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Rives d'Andaine - Rouessé-Vassé - Rouperroux - Saint-Aubin-d'Appenai - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Brice - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Denis-sur-Sarthon - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Sainte-Marie-du-Bois - Sainte-Marie-la-Robert - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Gilles-des-Marais - Saint-Julien-sur-Sarthe - Saint-Léger-sur-Sarthe - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Longis - Saint-Mars-d'Égrenne - Saint-Martin-des-Landes - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Paul-le-Gaultier - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-de-Sillé - Saint-Rémy-du-Val - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Sillé-le-Guillaume - Sougé-le-Ganelon - Tanville - Tessé-Froulay - Thub?uf - Torchamp - Villaines-la-Carelle - Villaines-la-Juhel - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail - Vimartin-sur-Orthe

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CHOLET Joachim - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - JARDIN Margot - JARDIN Rémi - LE BEC Kilian - LE GOÏC Matthieu - LE MARQUER Alain - PLU Thierry - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - THEUDE Guillaume - Tela Botanica - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN) - WINNICKI Ulysse

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Le Millepertuis perforé est une espèce de la famille des Hypéricacées, vivace, à tiges annuelles pouvant atteindre jusqu’à 80 cm de hauteur et à souche ligneuse. Ses tiges sont cylindriques et présentent deux lignes saillantes qui les parcourent intégralement. Les feuilles sont opposées avec une forme ovale oblongue à linéaire. Elles possèdent de minuscules glandes translucides, qui laissent passer la lumière lorsqu’on les regarde perpendiculairement. Les fleurs sont disposées en panicules. Elles possèdent un calice à cinq petits sépales verts, cinq pétales jaune d’or et une quinzaine d’étamines disposées en trois faisceaux. La floraison s’étale de la fin du mois de juin jusqu’au début de l’automne. Les fruits sont des capsules à trois loges.

Détermination :
Le Millepertuis perforé est facile à déterminer, mais il existe d’autres espèces proches avec lesquelles il peut être confondu, bien qu’elles soient nettement plus rares. Si la tige est rampante sur le sol, il s’agit du Millepertuis couché (Hypericum humifusum L., 1753). Dans les fossés, sur les berges des plans d’eau et bords de rivières, on trouve fréquemment le Millepertuis à quatre angles (Hypericum tetrapterum Fr., 1823), qui s’en distingue par des tiges nettement quadrangulaires. Le Millepertuis hirsute (Hypericum hirsutum L., 1753) et le Millepertuis des montagnes (Hypericum montanum L., 1755) possèdent des feuilles dépassant 3 cm de longueur : le premier les a très duveteuses, alors que chez le second elles sont sans poils.

Biogéographique et écologie :
En France métropolitaine, cette espèce est commune dans toutes les régions. Son habitat privilégié correspond aux prairies moyennement humides à sèches, ainsi que sur les zones délaissées comme les bords de routes, friches et jachères.

D'après :
Coste, H. 1900-1906. Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes. Paul-Klincksieck, Paris. Réédité en trois tomes en 1998. Librairie scientifique et technique Albert Blanchard, Paris.

Source : fiche descriptive, INPN
G3.1K : Serpentine Abies alba forests

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Hypericum officinale Gaterau, 1789 [nom. illeg. superfl.]
Hypericum officinarum Crantz, 1763 [nom. illeg. superfl.]
Hypericum plasonii Formánek, 1897
Hypericum vulgare Neck., 1768 [nom. illeg. superfl.]
Hypericum vulgare Lam., 1779 [nom. illeg. hom. et superfl.]
Hypericum vulgare Bubani, 1901 [nom. illeg. hom. et superfl.]

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.