• 158
    observations

  • 81
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    1992

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Herbacée annuelle de 2 à 40cm. L’Euphorbe des jardins, est une plante sécrétant un latex blanc lorsqu’on la sectionne, comme toutes les espèces du genre Euphorbia. Les inflorescences des euphorbes sont constituées d’une fleur mâle, réduite à une étamine, qui entoure la fleur femelle, le tout réuni dans un involucre bordé de 3 à 5 glandes réniformes et constituant une cyathe. Plante glabre, à racine pivotante, la tige de l’Euphorbe des jardins est assez ramifiée dès la base ou à partir de sa moitié supérieure. Les feuilles et les bractéoles sont entières, peu épaisses, de forme obovales, assez éparses et alternes (pour les feuilles) le long de la tige. Les fleurs jaunâtres, sont regroupées en ombelles de 2-3 rayons, 1 à 4 fois bifurqués. Les glandes sont en forme de croissant. La capsule est glabre, lisse, à coques munies de 2 ailes le long de la nervure médiane. L’espèce est pollinisée par les insectes. Les capsules sont disséminées par les fourmies (myrmécochores).

Détermination :
Simple. Aucune confusion possible.

Biologie-ethologie :
Floraison de février à novembre.

Biogéographique et écologie :
L’Euphorbe des jardins se rencontre sur les pelouses et les friches à thérophytes (sèches), les milieux rudéraux, dans les cultures ou les jardins. Cette espèce est présente partout dans le monde, elle est très cosmopolite.

D’après :
Tison, J.-M., Jauzein, P. & Michaud, H. 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Naturalia Publications, 2078 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Esula rotundifolia Gray, 1821
Keraselma oleracea Raf., 1838
Keraselma peplus (L.) Raf., 1840
Tithymalus peplus (L.) Gaertn., 1790
Tithymalus rotundifolius Lam., 1779

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.