• 153
    observations

  • 62
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1999

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Herbacée vivace de 50 cm à 2 m. L’Armoise commune, appartenant à la famille des Astéracées, est une plante à tige striée, rougeâtre et pubescente. La souche est brièvement rhizomateuse. Ses fleurs, formant des capitules réunis en épis, sont assez petites, de couleur variant du jaune au rouge. Elles n’ont pas de pétales visibles, seules les étamines sortent de l’involucre blanc et tomenteux. Elles sont hermaphrodites. Les fruits sont des akènes, dispersés par la gravité ou par le vent. Les feuilles tomenteuses sur la face inférieure et glabre sur la face supérieure, sont découpées en segments assez larges, oblongs-lancéolés aigus. Elles sont alternes, auriculées à leur base et dégagent une odeur désagréable par froissement.

Détermination :
Moyennement difficile

Espèces proches :
Confusion possible avec Artemisia verlotiorum, l’Armoise de Chine, dont la souche est différente de l’Armoise commune puisqu’elle est longuement stolonifère et l’odeur dégagée par froissement est plus aromatique.

Biologie-ethologie :
Floraison de juillet à septembre.

Biogéographique et écologie :
Espèce rudérale des lieux incultes, bord de chemin, talus, alluvions des cours d’eau. L’armoise commune est très courante en Europe, jusqu’en Sibérie et en Afrique septentrionale.

D’après :
Tison, J.-M., Jauzein, P. & Michaud, H. 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Naturalia Publications, 2078 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Absinthium vulgare (L.) Dulac, 1867
Artemisia igniaria Maxim., 1859
Artemisia indica Willd., 1803
Artemisia myriantha Wall., 1831
Artemisia parvifolia Besser, 1832
Artemisia ruderalis Salisb., 1796
Artemisia samamisica Besser, 1834
Artemisia tilesii Ledeb., 1805
Artemisia vulgaris var. cinerascens Rouy, 1903
Artemisia vulgaris var. major Rouy, 1903
Artemisia vulgaris var. parvifolia Rouy, 1903

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.