• 223
    observations

  • 46
    communes

  • 14
    sources

  • Première observation
    1983

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - Groupe Ornithologique des Avaloirs - Habitants-bénévoles - Mayenne Nature Environnement (MNE) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR Normandie-Maine - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur totale : 13,5 cm. Poids : 15 g en moyenne.

Diagnose :
Le ♂ se reconnaît facilement à sa poitrine orangée, son masque noir et son front blanc. Le plumage de la ♀ est beaucoup moins contrasté, avec un dessus brun clair et un dessous roussâtre. Les jeunes sont tachetés. A tous les âges, la queue rousse constamment agitée est typique. Le chant que l’on peut entendre surtout au printemps est composé de phrases mélodieuses dont l’introduction est typique. L’oiseau enchaîne ensuite sur des motifs variables souvent imitatifs.

Détermination :
Simple. Facile sur photo.

Espèces proches :
Les femelles et jeunes du Rougequeue noir présentent un plumage similaire à celui de la ♀ du Rougequeue à front blanc. Ils sont toutefois dans l’ensemble beaucoup plus sombres. Dans tous les cas, les cris et chants sont nettement différents.Période d’observation :
Avril à septembre-octobre.

Biologie-éthologie :
Oiseau insectivore, il capture ses proies tantôt au sol, tantôt au vol : les proies les plus consommées par les adultes sont les hyménoptères et coléoptères, alors que les jeunes sont nourris surtout de lépidoptères, de diptères et de petits coléoptères. Le Rougequeue à front blanc fait preuve de capacités d’adaptation étonnantes quand il s’agit de trouver un site de nidification : il lui arrive de nicher par exemple dans une souche, un vieux mur ou un hangar.

Biogéographie et écologie :
Largement réparti à travers l’Europe (>50% de son aire) et une partie de l’Asie, plus local en Afrique du Nord. Migratrice, l’espèce hiverne en Afrique sahélienne.En période de reproduction, l’espèce se rencontre dans les landes boisées et les forêts, de même que dans les vergers, parcs et jardins.

Source : fiche descriptive, INPN
F4 : Landes arbustives tempérées
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G3 : Forêts de conifères
G4 : Formations mixtes d'espèces caducifoliées et de conifères
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
I2 : Zones cultivées des jardins et des parcs
X10 : Bocages
X11 : Grands parcs

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Motacilla phoenicurus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.