Hespérie de la Houque (L')

Thymelicus sylvestris (Poda, 1761)

Classe : Insecta Ordre : Lepidoptera Famille : Hesperiidae Sous-Famille : Hesperiinae Tribu : Thymelicini Genre : Thymelicus

  • 180
    observations

  • 60
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2023
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Les adultes mesurent 28 à 32 mm.

Diagnose :
Petit papillon orange aux antennes largement séparées à la base. Dessus des ailes fauve jaunâtre à orangé avec une bordure noire bien définie sur les nervures. Présence d'une ligne androconiale noire légèrement incurvée sur les ailes antérieures du mâle. L’extrémité des antennes est orange en dessous.

Détermination :
L'adulte est simple à reconnaître.

Espèces proches :
Confusion possible avec Thymelicus lineola dont l’extrémité des antennes est noire en dessous .

Période d’observation :
L’adulte est visible de juin à août.

Biologie-éthologie :
Après l'accouplement, la ♀ pond ses œufs dans les gaines foliaires des graminées telles la Houque laineuse, le Dactyle aggloméré ou la Fléole des prés. L'Hespérie de la houque réalise un cycle par an et la ♀ ne se reproduit qu'une seule fois souvent peu de temps après son émergence.

Biogéographie et écologie :
L'Hespérie de la Houque est présente en Europe, au Maghreb et jusqu'au proche-orient. On la trouve du niveau de la mer jusqu’à 2°200 m d’altitude. Espèce commune, elle est présente dans les prairies, les clairières et les talus herbeux.  
D’après :

Lafranchis, T., Jutzeler, D., Guilloson, J.-Y., Kan, P., Kan, B. 2015. La vie des papillons. Editions Diatheo. Montpellier. 751 pp.

Lafranchis, T. 2016. Papillons de France. Editions Diatheo. Montpellier. 351 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
E2 : Prairies mésiques
E5 : Ourlets, clairières forestières et peuplements de grandes herbacées non graminoïdes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Adopaea flava ab. iberica Tutt, 1905
Adopaea flava iberica Verity, 1920
Adopaea sylvestris (Poda, 1761)
Adopaea thaumas (Hufnagel, 1766)
Adopoea flava (Brünnich, 1763)
Hesperia linea (O.F. Müller, 1764)
Hesperia thaumas (Hufnagel, 1766)
Papilio comma Scopoli, 1763
Papilio divaricatus Geoffroy in Fourcroy, 1785
Papilio flavus Brünnich, 1763
Papilio sylvestris Poda, 1761
Papilio thaumas Hufnagel, 1766
Thymelicus flavus (Brunnich, 1763)
Thymelicus sylvestris iberica (Tutt, 1905)
Thymelicus sylvestris ibericus (Verity, 1920)
Thymelicus sylvestris sylvestris (Poda, 1761)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.