Perche

Perca fluviatilis Linnaeus, 1758

Classe : Actinopterygii Ordre : Perciformes Famille : Percidae Sous-Famille : Percinae Genre : Perca

  • 21
    observations

  • 14
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - Fédération de pêche de l'Orne - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur jusqu’à 50cm ; poids max supérieur à 1,5kg. Percidé de taille petite à moyenne, au corps allongé et au dos légèrement bombé. Les flancs verdâtres à blancs sur la partie ventrale sont ornés de bandes sombres caractéristiques (tigrures). La perche présente deux nageoires dorsales séparées dont l’antérieure est armée de rayons épineux. Les nageoires pelvienne, anale et la partie inférieure de la nageoire caudale sont teintées de rouge orange.

Facilité d'indentification :
Simple.

Confusions possibles :
Aucune espèce ressemblante.

RÉPARTITION GÉNÉRALE

Elle est largement répandue à travers le Paléarctique mais elle est absente des régions trop froides ou trop chaudes comme la péninsule ibérique, le sud de la Grèce et de l’Italie et les îles méditerranéennes. En France, l’espèce est largement autochtone, plus rarement introduite. Elle est commune en plaine et jusqu’à 1000 m d’altitude.

Habitat et biologie :
Elle est présente dans une très large variété de zones humides courantes et stagnantes. Des mouvements saisonniers ont lieu depuis les secteurs profonds, dans lesquels elle passe l’hiver, vers la surface et la zone littorale quand l’activité est plus importante. La maturité sexuelle est atteinte aux alentours de 2 ans chez le mâle et entre 3 et 4 ans chez la femelle. Cette dernière pond une fois par an en accrochant un ruban d’œufs dans la végétation avant que les mâles ne viennent les féconder. La température de l’eau doit alors être comprise entre 10 et 18°C. C’est un carnassier grégaire consommant un large spectre de proies notamment des poissons et des invertébrés. Elle est régulièrement cannibale.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Perca fluviatilis aurea Smitt, 1893
Perca fluviatilis gibba Smitt, 1893
Perca fluviatilis gracilis Pokrovsky, 1951
Perca fluviatilis intermedius Svetovidov & Dorofeyeva, 1963
Perca fluviatilis macedonica Karaman, 1924
Perca fluviatilis maculata Smitt, 1893
Perca fluviatilis nigrescens Heckel, 1837
Perca fluviatilis phragmiteti Berg, 1933
Perca fluviatilis zaissanica Dianov, 1955
Perca fluviatilus Linnaeus, 1758
Perca helvetica Gronow, 1854
Perca italica Cuvier, 1828
Perca vulgaris Fitzinger, 1832
Perca vulgaris Schaeffer, 1761
Perca vulgaris Schrank, 1792
Perca vulgaris aurata Fitzinger, 1832

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.