Bourdon terrestre (Le)

Bombus terrestris (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Hymenoptera Famille : Apidae Sous-Famille : Apinae Tribu : Bombini Genre : Bombus

  • 159
    observations

  • 36
    communes

  • 13
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CAILLY Léa - CPIE Collines normandes - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Longueur du corps : variable, entre 11 et 23 mm. Les reines sont généralement plus grandes.
Bombus terrestris est une espèce très proche de B. lucorum, B. magnus et B. cryptarum. La détermination fiable de ce taxon se fait au laboratoire. Elle est basée principalement sur des critères morphologiques du champ ocellaire situé sur le dessus de la tête en arrière des yeux. Chez Bombus terrestris, ce champ ocellaire est fortement ponctué et les ocelles sont plus grandes que chez les autres espèces.

L'espèce a deux générations par an. Au printemps, chaque colonie du Bourdon terrestre est issue d'une ♀ fondatrice (reine) qui construit un nid dans le sol en utilisant des trous formés par des rongeurs ou autres mammifères. Les colonies peuvent comprendre jusqu'à 500 individus. Ces reines ont une quiescence estivale et refondent une nouvelle colonie à l'automne. Celle-ci donne naissance à des mâles et une nouvelle génération de reines qui hivernent après leur fécondation. Ces dernières sont actives au cours de la saison hivernale dans le domaine méditerranéen.

Le nid d'une colonie de Bombus terrestris est localisé dans le sol à une profondeur permettant d'éviter l'impact des gelées hivernales. La reine tapisse le nid d'herbes sèches et construit les premières cellules de cire renfermant les larves. Elle stocke le nectar et le pollen collecté dans des cellules particulières. La reine puise le nectar et le pollen stocké puis régurgite l'ensemble au moment de l'alimentation des larves. Au fur et à mesure que la colonie s'agrandie, la reine est aidée dans sa tâche par les ouvrières. Comme pour les autres espèces de bourdons, la survie des colonies est dépendante de la disponibilité florale autour du nid pendant une très grande partie de l'année. Dans le sud de la France, l'Arbousier qui fleuri en hiver semble une espèce clé pour la survie de la génération hivernale.

Bombus terrestris est une espèce que l'on rencontre dans toute la France. Cette espèce est maintenant élevée dans un but de pollinisation de certaines cultures fruitières printanières ou des cultures maraîchères sous serres.

Références bibliographiques : Rasmont (1984) ; Pouvreau (2004) ; Terzo & Rasmont (2007) ; Rasmont et al. (2008).

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Apis terrestris Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.