Frelon d'Europe

Vespa crabro Linnaeus, 1758

Classe : Hexapoda Ordre : Hymenoptera Famille : Vespidae Sous-Famille : Vespinae Genre : Vespa

  • 200
    observations

  • 64
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur du corps : 18 à 23 mm (ouvrières) ; 25 à 35 mm (reines) ; 21 à 28 mm (mâles).

Diagnose :
Présence d’un rétrécissement (pétiole) entre le thorax et le gastre. Les ailes au repos sont pliées longitudinalement. La tête est jaune, son dessus est rouge. Le thorax noir avec des tâches rouge présente souvent un "V" rouge sur le dessus. L’abdomen est rayé de noir et de jaune, avec du rouge sur la partie antérieure du premier segment. Les pattes sont rouge aux extrémités.
Nid de couleur beige.

Détermination : 

Simple.

Espèces proches : 

Les autres guêpes sociales (Vespinae) ont des tempes (partie entre les yeux et le cou) moins larges. Seule la reine de la guêpe des buissons (Dolichovespula media) peut être confondue avec une ouvrière de ce frelon, mais sa tête est entièrement jaune, elle présente des lignes jaune sur le thorax, des tempes plus étroites et l'espace entre ses mandibules et ses yeux est plus grand.

Période d’observation : 

Avril à octobre.

Biologie-éthologie : 

Le cycle de vie est annuel. La jeune reine hiverne à l’abri des intempéries. Elle se réveille au printemps, recherche des liquides sucrés pour se nourrir, puis un emplacement où fonder son nid (arbre creux, intérieur d’un bâtiment, etc.). Elle élèvera ses premières larves en les nourrissant avec des proies (mouches, guêpes et abeilles surtout). À son apogée, le nid peut dépasser 60 cm de haut et contenir près de 1000 individus. Les individus sexués quittent le nid en fin d’été. Seules les futures reines passeront l’hiver.

Biogéographique et écologie :
Présente en Europe et Asie tempérée. Introduite volontairement en Amérique du Nord.
 Préfère les milieux boisés clairs. Elle n'est pas agressive si son nid n'est pas menacé, mais elle peut incommoder parfois l'homme attirée par les lumières artificielles.

D’après :

 : 


Bellmann, H. 1999. Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe: l’identification, le comportement, l’habitat. Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris. 336 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
X23 : Grands jardins non domestiques
X25 : Jardins domestiques des villages et des périphéries urbaines

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aucun synonyme pour ce taxon

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.