• 161
    observations

  • 44
    communes

  • 9
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Grande punaise uniformément brunâtre. Tête quadrangulaire avec un sillon longitudinal, espace entre les yeux plus court que le bord postérieur du pronotum. Antennes de 4 articles, tubercules pointus à la base des antennes, leurs pointes dirigées l’une vers l’autres entre les antennes, 4e article noir. Bords antéro-latéraux du pronotum concaves, angles huméraux foliacés et très arrondis. Fémurs postérieurs non dentés. Dos rouge sous les ailes.

Détermination :
Moyennement difficile.

Espèces proches :
Parmi les punaises brunes de plus de 11 mm, elle ressemble à Anoplocerus elevatus, qui a un pronotum concave peu arrondi, les antennes courtes et l’abdomen plus étroit, et aux Ceraleptus qui ont les bords du pronotum droits. Les Enoplops ont les tubercules pointus à la base des antennes dirigés vers l’extérieur.

Période d’observation :
Mars à octobre avec un pic en mai-juin et un autre en août.

Biologie-éthologie :
Adultes et jeunes vivent souvent en groupe sur les oseilles, renouées, rhubarbes et persicaires (Polygonaceae). Fréquente aussi sur framboisiers (Rosaceae) elle a été observée sur plus de 30 familles végétales. Les adultes hivernent en groupe dans la litière. Ils pondent sur les plantes à partir de mai, puis les adultes de nouvelle génération apparaissent mi-juillet à fin août.

Biogéographie et écologie :
Espèce très commune observée sur tout le continent paléarctique de l’Europe de l’Ouest, l’Afrique du Nord jusqu’à la Sibérie, la Chine, le Japon en passant par le Moyen-Orient. On la trouve jusqu’au cercle polaire à 66° de latitude nord en Finlande. Elle vit dans les milieux humides, verts et herbeux : marais, tourbières, bords d’étangs et cours d’eau, prairies humides, lisières forestières et jardins.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Cimex marginatus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.