• 71
    observations

  • 28
    communes

  • 13
    sources

  • Première observation
    1993

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Moyenne à grande, 9 à 15mm.

Diagnose :
Cette espèce se reconnaît facilement grâce à ses dessins noirs sur le thorax. Il se compose de deux taches antérieures et une tache postérieure reliées de manière plus ou moins nette par une pruinosité grise, le tout formant un dessin de tête de mort ou de chauve-souris, selon les interprétations. Cette espèce à également les callus huméraux poilus, des antennes courtes avec une arista glabre, les yeux distinctement velus, un abdomen clairement marqué de jaune et de noir, sur l’aile, la nervure radiale 4+5 est sinueuse.

Facilité d'identification :
Très facile, la détermination peut se faire sur photo.

Confusions possibles :
Aucune confusion possible.

Période de vol :
Les adultes sont visibles de la fin du mois d’avril au mois de septembre avec des pics aux mois de juin et d’août marquant les deux générations.

Répartition générale :
Cette espèce est présente de la Scandinavie jusque sur le pourtour méditerranéen et en Afrique du Nord. Présente également sur les îles britanniques elle s’étend vers l’est à travers toute l’Eurasie jusqu’à la côte pacifique.

Habitat et biologie :
C’est une espèce plutôt forestière. Elle est liée à la plupart des forêts de feuillus mais aussi aux marais tourbeux, aux prairies humides et on la retrouve aussi dans les jardins suburbains. Les adultes sont visibles sur les haies, les clairières, le long des chemins forestiers. Les mâles sont faciles à repérer avec leur vol bruyant et rapide, ils sont très territoriaux et chassent les autres insectes à proximité. Les larves se nourrissent d’éléments en décomposition dans les cavités d’arbres pourrissantes remplies d’eau mais peuvent également se rencontrer dans les bouses de vaches et les tas de fumiers à condition qu’ils soient humides.

Speight, M.C.D. (2020) Species accounts of European Syrphidae, 2020. Syrph the Net, the database of European Syrphidae (Diptera), vol. 104, 314 pp., Syrph the Net publications, Dublin.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Musca florea Linnaeus, 1758
Myiatropa florea (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.