Molinie bleue

Molinia caerulea (L.) Moench, 1794

Classe : Equisetopsida Ordre : Poales Famille : Poaceae Sous-Famille : Arundinoideae Tribu : Molinieae Genre : Molinia

  • 1 375
    observations

  • 94
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1882

  • Dernière observation
    2022

Aillières-Beauvoir - Ambrières-les-Vallées - Argentan - Assé-le-Boisne - Bagnoles de l'Orne Normandie - Barenton - Beauvain - Boischampré - Boulay-les-Ifs - Bursard - Ceaucé - Chahains - Champfrémont - Champsecret - Crissé - Domfront en Poiraie - Dompierre - Écouves - Essay - Évron - Francheville - Gandelain - Ger - Héloup - Joué-du-Bois - Juvigny Val d'Andaine - La Bellière - La Chapelle-près-Sées - La Chaux - La Coulonche - La Ferrière-aux-Étangs - La Ferrière-Béchet - La Ferrière-Bochard - La Ferté Macé - Lalacelle - La Lande-de-Goult - La Motte-Fouquet - La Pallu - Lassay-les-Châteaux - Le Bouillon - Le Cercueil - Le Grez - Les Monts d'Andaine - Les Ventes-de-Bourse - Lignières-Orgères - Lonlay-l'Abbaye - L'Orée-d'Écouves - Louzes - Magny-le-Désert - Mantilly - Marchemaisons - Mieuxcé - Mont-Saint-Jean - Mortain-Bocage - Mortrée - Moulins-le-Carbonnel - Neauphe-sous-Essai - Neufchâtel-en-Saosnois - Passais Villages - Perrou - Pezé-le-Robert - Pré-en-Pail-Saint-Samson - Rânes - Ravigny - Rennes-en-Grenouilles - Rives d'Andaine - Rouessé-Vassé - Rouperroux - Saint-Bômer-les-Forges - Saint-Calais-du-Désert - Saint-Cyr-du-Bailleul - Saint-Denis-sur-Sarthon - Saint-Fraimbault - Saint-Georges-de-Rouelley - Saint-Gervais-du-Perron - Saint-Gilles-des-Marais - Saint-Léonard-des-Bois - Saint-Martin-des-Landes - Saint-Martin-l'Aiguillon - Saint-Nicolas-des-Bois - Saint-Ouen-le-Brisoult - Saint-Patrice-du-Désert - Saint-Pierre-des-Nids - Saint-Rémy-de-Sillé - Saint-Roch-sur-Égrenne - Saint-Sauveur-de-Carrouges - Sées - Sillé-le-Guillaume - Tanville - Tessé-Froulay - Villaines-la-Carelle - Villeneuve-en-Perseigne - Villepail - Vimartin-sur-Orthe

Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Bureaux d'études & consultants - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

La molinie bleue est une grande graminée qui peut dépasser 1 m de hauteur. Elle est cespiteuse, et se présente souvent en touffes puissantes et surélevées. Les feuilles, vert tendre, sont raides et planes pour une largeur de 2 à 8 mm. La ligule est absente, remplacée par une couronne de poils longs et peu nombreux. L’inflorescence, en panicule dense, à rameaux courts, est caractéristique par sa couleur violacée et sombre.
La molinie bleue préfére les pelouses et les landes humides, les marécages et les tourbières jusqu’à 2 400 m.
La sous-espèce Molinia caerulea subsp. arundinacea possède des feuilles plus larges, plus glauques et une panicule plus étalée, plus longue, et a plus l’aspect d’un roseau, d’où son nom de faux roseau.

Source : Biodiv'Écrins, Parc national des Écrins
D1.111 : Buttes, bourrelets et pelouses des tourbières hautes
D1.121 : Tourbières hautes dégradées, inactives, envahies par Molinia
D1.2 : Tourbières de couverture
D2.222 : Bas-marais subatlantiques à Laîche vulgaire, Laîche blanchâtre et Laîche étoilée
D2.3 : Tourbières de transition et tourbières tremblantes
D4.1 : Bas-marais riches en bases, y compris les bas-marais eutrophes à hautes herbes, suintements et ruissellements calcaires
D5.24 : Bas-marais à Cladium mariscus
E3.1 : Prairies humides hautes méditerranéennes
E3.416 : Prairies à Jonc filiforme
E3.418 : Prairies à Jonc à tépales obtus
E3.5 : Prairies oligotrophes humides ou mouilleuses
F4.11 : Landes humides septentrionales
F4.13 : Landes humides à Molinia caerulea
G1.51 : Boulaies à Sphaignes
G1.7B5 : Chênaies à Quercus pyrenaica françaises
G1.81 : Bois atlantiques de Quercus robur et Betula
G1.84 : Chênaies aquitano-ligériennes sur podzols
G1.9111 : Boulaies humides
G3.421 : Pinèdes à Pin sylvestre subcontinentales
G3.441 : Pinèdes de Pin sylvestre à Bruyère des neiges alpines

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aira atrovirens Thuill., 1799
Aira caerulea L., 1753
Amblytes caerulea (L.) Dulac, 1867
Arundo agrostis auct. non Scop., 1771, sensu Lapeyr., 1813
Cynodon caeruleus (L.) Raspail, 1825
Enodium caeruleum (L.) Gaudin, 1811
Enodium caeruleum subsp. atrovirens (Thuill.) Dumort., 1824
Enodium caeruleum var. angustifolium Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. atrovirens (Thuill.) Pauquy, 1831
Enodium caeruleum var. brevifolium Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. congestum (Thuill.) Pauquy, 1831
Enodium caeruleum var. contractum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. depauperatum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. interruptum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. latifolium Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. laxum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. longifolium Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. parviflorum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. pauciflorum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. secundum Tinant, 1836
Enodium caeruleum var. uniflorum Tinant, 1836
Festuca caerulea (L.) DC., 1805
Hydrochloa caerulea (L.) Hartm., 1819
Melica atrovirens (Thuill.) Le Turq., 1825
Melica caerulea (L.) L., 1771
Melica caerulea var. minor Schrad., 1806
Melica caerulea var. minor St.-Amans, 1821
Melica caerulea var. viridiflora Lej., 1825
Melica divaricata Meigen & Weniger, 1819
Molinia caerulea proles depauperata (Lindl.) Rouy, 1913
Molinia caerulea (L.) Moench, 1794 subsp. caerulea
Molinia caerulea subsp. minor Schübl. & G.Martens, 1834
Molinia caerulea subsp. varia O.Schwarz, 1949
Molinia caerulea var. albiflora Gagnep., 1900
Molinia caerulea var. atrovirens (Thuill.) Chevall., 1827
Molinia caerulea var. breviramosa Parn., 1845
Molinia caerulea var. compacta Duterte, 1884
Molinia caerulea var. depauperata (Lindl.) Bab., 1843
Molinia caerulea var. divaricata Boenn., 1824
Molinia caerulea var. flavescens Gaudin, 1828
Molinia caerulea var. flavescens Boenn., 1824
Molinia caerulea var. humilis Peterm., 1846
Molinia caerulea var. lightfootii Harz, 1891
Molinia caerulea var. minima Borkh. ex Rabenh., 1846
Molinia caerulea var. minor Holandre, 1827
Molinia caerulea var. minor Gaudin, 1828
Molinia caerulea var. minor Bouvier, 1878
Molinia caerulea var. mollis Harz, 1891
Molinia caerulea var. multiflora Gray, 1821
Molinia caerulea var. obtusa Peterm., 1846
Molinia caerulea var. pratensis Schltdl., 1823
Molinia caerulea var. pseudodactylis Beauverd ex Douin, 1933
Molinia caerulea var. robusta Prahl, 1890
Molinia caerulea var. sylvatica Gray, 1821
Molinia caerulea var. vivipara N.H.F.Desp., 1838
Molinia depauperata Lindl., 1835
Molinia euxina Pobed., 1945
Molinia minor (Holandre) Holandre, 1842
Molinia obtusa Peterm., 1844
Molinia varia Schrank, 1789
Molinia variabilis Wibel, 1799
Poa caerulea (L.) Bernh., 1800

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.