Luzerne cultivée

Medicago sativa L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Fabales Famille : Fabaceae Sous-Famille : Papilionoideae Genre : Medicago

  • 82
    observations

  • 35
    communes

  • 9
    sources

  • Première observation
    1883

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille.

Variable, pouvant aller de 15 cm jusqu’à 80 (100) cm.

Diagnose.

Hémicryptophyte à tiges dressées ou ascendantes (rarement étalées) et ramifiées. Plante glabrescente à pubescente principalement sur la tige, la face inférieure des feuilles et le calice. Les feuilles sont assez longuement pétiolées (~1 cm), trifoliées à rachis prolongé au-delà de la paire de folioles latérales opposées. Les folioles sont oblongues à obovales, légèrement dentées et parfois interrompues-acuminées à leur extrémité, les stipules sont longuement acuminées et dentées à leur base. L’inflorescence est en grappes axillaires assez courtes composées de 5 à 40 fleurs (de 5 à 11 mm de long) à pédoncule plus long que la feuille et à pédicelles plus courts que le tube du calice et les bractées ; la floraison s’étend d’Avril à Novembre. La corolle est violette et le calice a 5 dents subégales. Les gousses sont glabres (pubescentes lorsqu’elles sont jeunes), non épineuses et enroulées en spirale (2 ou 3 tours de spire, d’un diamètre de ~5 mm), elles contiennent plusieurs graines ovales.

Facilité d'identification :
simple

Confusions possibles.

Voir les autres espèces du genre Medicago et les quatre sous-espèces : M. sativa subsp. sativa, M. sativa nsubsp. media, M. sativa subsp. falcata, M. sativa subsp. glomerata.

Répartition générale.

Europe occidentale, Afrique du Nord, Asie mineure, Asie centrale, Chine, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Péninsule arabique, Afrique-du-Sud, Amérique du Nord, Amérique centrale.

Habitat et biologie.

Espèce croissant dans les pelouses rocailleuses et les lisières de forêts thermophiles pour les taxons indigènes (M. sativa subsp. falcata, M. sativa subsp. glomerata) ; et dans les friches, cultures et bords de route pour la sous-espèce naturalisée et souvent cultivée : Medicago sativa subsp. sativa (ainsi que pour M. sativa nsubsp. media).

Référence :
Tison, J.-M. & de Foucault, B. [coord.] 2014. Flora Gallica. Flore de France. Biotope Éditions, Mèze. xx + 1196 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
E1.61 : Communautés méditerranéennes à graminées subnitrophiles
E2.22 : Prairies de fauche planitiaires subatlantiques

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Medica sativa Lam., 1779
Medica sativa (L.) Mill., 1768

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.