Aeschne bleue (L')

Aeshna cyanea (O.F. Müller, 1764)

Classe : Hexapoda Ordre : Odonata Famille : Aeshnidae Genre : Aeshna

  • 177
    observations

  • 44
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur de l'abdomen : 51-61 mm.

Diagnose :
C'est une grande libellule au corps sombre, orné de marques vert pomme, et bleues ciel sur l’abdomen des mâles.

Détermination :
L'espèce est simple à reconnaître.

Espèces proches :
L'espèce peut être parfois confondue avec le Gomphe serpentin mais celle-ci possède dorsalement sur l’abdomen une seule rangée de tâches (triangulaires) contre deux rangées de tâches (lobées) chez l’Aeschne bleue.

Période d’observation :
Les adultes sont observés de juillet à novembre.

Biologie-éthologie :
Cette espèce a une génération par an, et serait parfois bivoltine. Les adultes s’observent surtout en individus isolés, les mâles patrouillant et recherchant les femelles à proximité des pièces d’eau. La présence de plus d’un mâle sur un site entraine des affrontements. Les femelles pondent dans la végétation en décomposition qui borde les rives ou qui flotte sur l’eau.

Biogéographie et écologie :
L'espèce est présente de l’ouest de l’Europe et du Maghreb à l’ouest de la Sibérie. Très ubiquiste et opportuniste, cette espèce fréquente tous types d’eaux stagnantes, des plaines aux montagnes (jusqu’à 2200 m), même les eaux très acides ou très polluées. Elle s’observe également dans les eaux des rivières lentes et celles des ruisseaux et torrents méditerranéens.

D'après :
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Méze. 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris. 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface
D1 : Tourbières hautes et tourbières de couverture
D2 : Tourbières de vallée, bas-marais acides et tourbières de transition
D4 : Bas-marais riches en bases et tourbières des sources calcaires
J5 : Plans d'eau construits très artificiels et structures connexes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aeschna bicellulata Görtler, 1948
Aeschna cyanea (O.F. Müller, 1764)
Aeschna cyanea bicellulata Görtler, 1948
Aeschna maculatissima Latreille, 1805
Aeshna bicellulata Görtler, 1948
Libellula cyanea O.F. Müller, 1764

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.