• 288
    observations

  • 63
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur de l'abdomen : 22-32 mm.

Diagnose :
Les mâles ont le corps bleu avec un dessin noir sur chaque segment abdominal. Le dessin du deuxième segment après le thorax a une forme de U qui n’atteint pas l'extrémité de ce segment. Les dessins des segments 3 à 5 sont généralement très courts.

Détermination :
Les mâles sont relativement simples à reconnaître. La détermination des femelles est difficile.

Espèces proches :
L'espèce est proche d'autres Agrions. Les dessins sur l'abdomen des mâles sont caractéristiques.

Période d’observation :
Les adultes sont observés d'avril à septembre.

Biologie-éthologie :
Cette espèce a une génération par an à basse altitude. En montagne, la durée du stade larvaire est plus longue et l'on observe une génération tous les 2 ans. Les larves sont aquatiques et carnivores. Les adultes émergent au printemps. Ils sont aussi carnivores et s'éloignent peu du milieu de développement larvaire. Les œufs sont insérés dans la végétation aquatique. Lors de la ponte, les femelles peuvent être complètement immergées.

Biogéographie et écologie :
L'espèce est présente en Europe. Elle atteint l'ouest de la Sibérie. Elle est commune en France. On la trouve dans de nombreux types d'habitat d'eaux douces stagnantes ou faiblement courantes. On l'observe jusqu'à 2 200 m d'altitude.

D'après :
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.

Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris.

Source : fiche descriptive, INPN
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface
J5 : Plans d'eau construits très artificiels et structures connexes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Agrion puella (Linnaeus, 1758)
Agrion pupa Hansemann, 1823
Libellula puella Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.