Mulot sylvestre

Apodemus sylvaticus (Linnaeus, 1758)

Classe : Mammalia Ordre : Rodentia Famille : Muridae Sous-Famille : Murinae Genre : Apodemus

  • 33
    observations

  • 12
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Groupe Mammalogique Normand (GMN) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 7-11 cm plus 7-10 cm pour la queue (adulte).

Poids : 18-30 g (adulte).

Diagnose :
Le Mulot sylvestre est un petit rongeur qui se distingue des Campagnols par ses grandes oreilles, ses gros yeux et sa longue queue. Le pelage dorsal est gris-brun, plus clair et plus jaunâtre sur les flancs et son ventre est blanchâtre. Il peut avoir une tache brun-jaunâtre au niveau de la gorge mais celle-ci ne formera pas un collier complet.

Détermination : Moyennement difficile à délicate dans les Alpes.

Espèces proches : Confusion possible avec le Mulot à collier Apodemus flavicollis qui est légèrement plus grand, a une queue plus longue et sa tâche pectorale plus large formant souvent un collier complet. Le Mulot sylvestre peut aussi se confondre avec le Mulot alpestre Apodemus alpicola qui se trouve dans les Alpes.

Période d’observation : Observable toute l’année, préférentiellement la nuit.

Biologie-éthologie : Le Mulot sylvestre se reproduit toute l’année mais surtout de mars à octobre. La femelle met bas de 7 petits après 3 semaines de gestation. Elle peut avoir plusieurs portées par an. Omnivore, il est opportuniste et se nourrit de graines, glands, bourgeons, insectes etc. Il gîte dans un nid, qu’il creuse lui-même, constitué d’une chambre et de réserves alimentaires.

Biogéographique et écologie : Il est présent un peu partout en Europe et au Maghreb. Il habite tout type de milieu mais préfère les habitats forestiers. Il peut se retrouver dans les bâtiments.

Référence bibliographique : Haffner P. & Savouré-Soubelet A. 2015. Sur la piste des Mammifères sauvages. Coll. L’amateur de la Nature. Dunod, Paris. 208 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Apodemus alpinus Burg
Apodemus bergensis
Apodemus butei
Apodemus callipides
Apodemus celticus
Apodemus creticus
Apodemus cumbrae
Apodemus fiolagan
Apodemus flaviventris
Apodemus ghia
Apodemus hebridensis
Apodemus hirtensis
Apodemus intermedius
Apodemus islandicus
Apodemus krkensis
Apodemus larus
Apodemus sylvaticus clanceyi
Apodemus sylvaticus dichruoides Miric, 1960
Apodemus sylvaticus falzefeini Mezhezerin-Zadorodnyuk, 1989
Apodemus sylvaticus hermani Felten & Storch, 1970
Apodemus sylvaticus hessei Miric, 1960
Apodemus sylvaticus iconicus
Apodemus sylvaticus ilvanus Kahmann & Niethammer, 1971
Apodemus sylvaticus kilikiae
Apodemus sylvaticus milleri de Beau, 1926
Apodemus tirae
Apodemus tural
Apodemus vulgaris
Mus sylvaticus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.