Fauvette des jardins

Sylvia borin (Boddaert, 1783)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Sylviidae Genre : Sylvia

  • 150
    observations

  • 33
    communes

  • 20
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - HESNARD Olivier - Habitants-bénévoles - MAZURIER Marc - Mayenne Nature Environnement (MNE) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - Noé (association de défense de l'environnement) - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - SPIROUX Philipe - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN) - Vigie Nature

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur 14 cm, envergure 20-24,5 cm, poids moyen 16-22 g (jusqu’à 35 g en migration).

C’est un oiseau des boisements mais ses préférences vont vers les canopées ouvertes accompagnées d’un étage arbustif dense. On la trouve ainsi sur les lisières forestières, dans les clairières, les ripisylves… Son nom ne lui convient pas parfaitement car elle évite nos jardins, trop dérangés.

Elle se nourrit surtout d’insectes en saison de reproduction, plutôt de fruits le reste du temps. Elle se déplace dans la végétation pour picorer les insectes sur les feuilles et les rameaux. Elle reste normalement dans l’étage arbustif à moins de 6 m de hauteur, mais fait des incursions dans la canopée lorsque certaines proies (pucerons, chenilles) y sont abondantes.

La Fauvette des jardins est d’habitude solitaire en dehors de la saison des nids. Elle est monogame (rares cas de polygynie). Les territoires peuvent être très petits (0,2 ha dans les habitats optimaux). Il y a compétition avec la Fauvette à tête noire lorsque les deux sont présentes, générant alors des exclusions territoriales. Le mâle chante généralement à couvert, tout en se déplaçant et se nourrissant. Le chant en vol est pratiqué en suivant la femelle ou en approchant d’un concurrent. L’activité vocale diminue dès la construction du nid et est faible durant l’incubation et le nourrissage, qui sont assurés par les deux partenaires.

Le nid est installé à moins de 2 m de hauteur, dans un arbre bas, un roncier ou des orties. C’est une coupe profonde, faite de feuilles et de tiges d’herbacées, structurée par quelques racines et rameaux. La ponte de 4 ou 5 œufs (extrêmes : 2 à 6) débute en mai. Les secondes couvées sont occasionnelles. L’incubation dure 11 ou 12 jours, les jeunes s’envolent à l’âge de 10 jours.

Source : fiche descriptive, INPN
FA : Haies
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Motacilla borin Boddaert, 1783

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.