• 116
    observations

  • 50
    communes

  • 12
    sources

  • Première observation
    2000

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - CPIE Collines normandes - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur 35 cm ; Envergure jusqu’à 55 cm. Rallidé à plumage noir ardoisé à brun sur les parties supérieures avec une ligne blanche sur les flancs et sous-caudales latérales blanches également. Les pattes sont longues marquées de rouge au-dessus du poignet. Elles se terminent par de longs doigts jaunes verdâtres. La plaque frontale et le bec sont rouges ; ce dernier se termine par une pointe jaune. Les poussins portent un duvet noir et présentent des zones de peau nue rouge au niveau de la tête. Quant aux juvéniles, ils présentent des parties inférieures grises, une gorge plus claire et un bec sombre à pointe jaune.

Facilité d'indentification :
Simple.

Confusions possibles :
La Foulque macroule a une silhouette ressemblante et fréquente les mêmes milieux. Elle est cependant plus grosse et entièrement noire à l’exception de la couleur blanche du bec et de la plaque frontale.

Répartition générale :
Espèce à large répartition dans les régions paléarctique, afro-tropicale et indo-malaise.

Habitat et biologie :
Espèce inféodée aux zones humides douces et saumâtres généralement stagnantes ou faiblement courantes, bordées par des berges fortement végétalisées. Elle est présente dans les milieux naturels et anthropisés comme les parcs urbains. La Poule d’eau niche au sol dans un nid de brindilles et de débris végétaux installé dans la végétation riveraine, parfois flottant ou installé dans un arbuste à plus ou moins grande hauteur. Il peut y avoir jusqu’à 3 pontes par an entre les mois d’avril et juillet. Les poussins sont nidifuges. L’espèce est omnivore et se nourrit de plantes, racines, graines et de mollusques, insectes et petits poissons chassés à la surface de l’eau ou en plongée, l’oiseau pouvant rester jusqu’à 40 secondes sous l’eau.

Source : fiche descriptive, INPN
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales
I1 : Cultures et jardins maraîchers
J5 : Plans d'eau construits très artificiels et structures connexes
X01 : Estuaires

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Fulica chloropus Linnaeus, 1758
Gallinula ochropus (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.