• 15
    observations

  • 11
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    2013

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 6,8 – 9,5 mm

Diagnose :
Punaise rouge et noire allongée. Tête noire. Partie antérieure du pronotum avec une tache noire convexe et partie postérieure rouge avec 2 bandes noires longitudinales larges et arquées. Scutellum noir et cories rouges chacune avec un seul petit point central noir et rond. Membranes noires avec une tache blanche centrale circulaire et une autre le long des cories.

Détermination :
Simple.

Espèces proches :
Les Horvathiolus ont des points noirs centraux sur leur cories rouges, mais sont plus petits et n’ont pas de tache noire sur la partie antérieure du pronotum. Elle se distingue de Scantius aegyptius rossii qui a le pronotum noir entouré de rouge, et pas d’ocelles.

Période d’observation :
Toute l’année avec 3 pics en avril, juin et octobre.

Biologie-éthologie :
Espèce polyphage capable de se nourrir en piquant les graines de beaucoup de plantes. Elle semble avoir une préférence pour les séneçons (Asteraceae). Les adultes hivernent sous les pierres, dans la litière, au pied des plantes, et pondent sur une longue période probablement jusqu’en juin, puis la nouvelle génération d’adultes commence à apparaitre en septembre.

Biogéographie et écologie :
Espèce ouest-paléarctique assez commune très présente sur la façade atlantique. On la trouve en Afrique du Nord, Espagne, France, Belgique, Suisse, Italie, Allemagne, Tchéquie. Absente en Grande-Bretagne et devient moins fréquente à l’est, mais elle a été rencontrée jusqu’en Irak et Tadjikistan. Elle ne semble pas dépasser 51° de latitude nord. On peut la rencontrer aussi bien en bord de mer qu’en plaine ou en montagne au moins jusqu’à 2 000 m d’altitude. Elle apprécie les endroits herbeux chauds et ensoleillés, versants sud des collines bien exposés, dunes, prairies sèches.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Cimex albomaculatus Goeze, 1778
Cimex apuanus Rossi, 1794
Lygaeus apuanus (Rossi, 1794)
Lygaeus punctum Fabricius, 1794

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.