Cétoine punaise

Valgus hemipterus (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Coleoptera Famille : Scarabaeidae Sous-Famille : Cetoniinae Tribu : Valgini Genre : Valgus

  • 52
    observations

  • 28
    communes

  • 12
    sources

  • Première observation
    1992

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CPIE Collines normandes - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Groupe Ornithologique des Avaloirs - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement) - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 6 - 10 mm

Diagnose :
C’est la plus petite espèce de cétoine de France. Son corps noir est court et large, ses élytres plans et striés sont recouverts de squamules (écailles) blanches et noires. Le thorax présente un sillon dans l’axe médian, bordé de 2 carènes et les tibias antérieurs ont 5 dents bien visibles sur leur face externe. La ♀ possède une tarière rigide à l'extrémité de son abdomen.

Détermination : simple.

Espèces proches :
Pas de confusion possible, les nombreux autres petits coléoptères sombres n’ont pas les antennes lamelliformes ni cette forme anguleuse.

Période d’observation :
L’adulte est actif essentiellement d’avril à juillet, avec un pic d’observation en mai.

Biologie-éthologie :
La larve se nourrit de bois carié de divers feuillus (souches et troncs très cariés). Son cycle de développement dure un an. L’adulte est floricole et s’observe facilement en journée sur les inflorescences de diverses plantes (rosacées, ombellifères, etc.). La ♀ s’observe surtout sur les bois pourris et plus rarement sur les fleurs.

Biogéographie et écologie :
Cette espèce occupe toute l’Europe centrale et méridionale, l’Asie mineure et l’Afrique. Espèce généralement très commune.

D’après :
PAULIAN, R. & BARAUD, J. 1982. Faune des Coléoptères de France II: Lucanoidea et Scarabaeoidea. Encyclopédie Entomologique XLIII, Lechevalier, Paris, 473 p.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Scarabaeus haemipterus Geoffroy in Fourcroy, 1785
Scarabaeus hemipterus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.