• 101
    observations

  • 43
    communes

  • 9
    sources

  • Première observation
    2003

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Base pour l'inventaire des observations subaquatiques (BioObs) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - Habitants-bénévoles - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine - Tela Botanica

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
La Picride Fausse-Vipérine est une espèce de la famille des Astéracées (anciennement appelée Composées), herbacée, annuelle, à tiges dressées couvertes de fins poils piquants, pouvant atteindre près d’un mètre de hauteur. Ses feuilles sont alternes, oblongues et quasi sessiles, souvent encadrant la tige par deux lobes. Elles sont rudes au toucher à cause des poils hispides qu’elles possèdent également. Les fleurs sont disposées en grand nombre dans des capitules, entourés par deux rangées de bractées : les extérieures sont au nombre de trois à cinq, de forme cordée, alors que les intérieures sont en grand nombre, étroites et linéaires. Chaque fleur ne présente que cinq pétales couleur jaune vif, soudés à leur base et, à leur extrémité supérieure, se rejetant latéralement pour former une languette (on parlera de fleur ligulée). Les cinq étamines sont soudées par leurs anthères. La floraison s’étale de la fin du printemps au début de l’automne. Les fruits sont des akènes surmontés de soies plumeuses.

Détermination :
La Picride Fausse-Vipérine est délicate à déterminer : il faut bien prendre soin de vérifier que les capitules soient entourés par deux types de bractées bien différentes. Il existe d’autres espèces ressemblant à la Picride Fausse-Vipérine, tant par les fleurs que par les caractéristiques des tiges et feuilles. C’est la raison pour laquelle la détermination de cette espèce nécessite la vérification des caractéristiques morphologiques.

Biogéographique et écologie :
En France métropolitaine, cette espèce est commune dans toutes les régions. Son habitat privilégié correspond aux zones incultes, rudérales et délaissées, friches, bords des chemins, décombres et terres cultivées.

D'après :
Coste, H. 1900-1906. Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes. Paul-Klincksieck, Paris. Réédité en trois tomes en 1998. Librairie scientifique et technique Albert Blanchard, Paris.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Crepis echioides (L.) All., 1785
Helminthia dichotomos Dulac, 1867
Helminthia echioides (L.) Gaertn., 1791
Helminthia echioides proles humifusa (Trevis.) Rouy, 1908
Helminthia echioides subsp. humifusa (Trevis.) Arcang., 1882
Helminthia humifusa Trevis., 1826
Helminthia tuberculata Moench, 1794
Picris echioides L., 1753

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.