Caloptéryx éclatant

Calopteryx splendens (Harris, 1780)

Classe : Hexapoda Ordre : Odonata Famille : Calopterygidae Genre : Calopteryx

  • 205
    observations

  • 52
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Abdomen : 33-41 mm. Ailes postérieures : 27-36 mm.

Diagnose :
Les mâles ont le corps bleu-vert métallique et les ailes marquées de bleu foncé à partir du nodus mais n'atteignant pas l'extrémité. Le bout de l'abdomen porte une tache jaune à grisâtre côté ventral. Le corps de la femelle est vert métallique, les ailes sont transparentes ou légèrement enfumées.

Détermination :
Les mâles sont simples à reconnaître. La détermination des femelles est plus difficile.

Espèces proches :
Confusion possible avec Calopteryx xanthostoma pour les mâles et avec Calopteryx xanthostoma et Calopteryx virgo pour les femelles. La coloration des ailes des mâles est caractéristique.

Période d’observation :
Les adultes sont observés d’avril à octobre dans le sud, de mai à septembre dans le nord.

Biologie et écologie :
L’espèce se rencontre de préférence près des eaux courantes ensoleillées de basse et moyenne altitude (fleuves, ruisseaux et fossés) et parfois près des eaux stagnantes (étangs, bras morts). Elle est moins exigeante que les autres Caloptéryx quant à l’oxygénation et la pollution de l’eau. Les mâles peuvent être territoriaux et pratiquer des parades nuptiales avant de s’accoupler. La phase larvaire aquatique dure de 1 à 2 ans.

Biogéographie :
L'espèce est présente dans toute l’Europe à l’exception de la péninsule ibérique et du nord de la Scandinavie. À l’est, elle atteint la Sibérie et le sud de la Mongolie. Elle est commune en France. On l'observe jusqu'à 1 200 m d'altitude.

D'après :
Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
C2 : Eaux courantes de surface

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Agrion parthenias Charpentier, 1840
Agrion splendens (Harris, 1780)
Calopteryx ludoviciana Leach, 1815
Calopteryx splendens ancilla Sélys, 1887
Coenagrion splendens (Harris, 1780)
Libellula splendens Harris, 1780

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.