Hachette (La)

Aglia tau (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Saturniidae Sous-Famille : Agliinae Genre : Aglia

  • 46
    observations

  • 26
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    1974

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : Envergure : ♂ 56 - 69 mm / ♀ 72 - 85 mm

Diagnose :
La Hachette mâle a le thorax, l'abdomen et les ailes de couleur brun-orangé avec une ligne submarginale noire. L’espace entre cette ligne et la frange de l'aile peut être plus ou moins sombre selon les individus. Au centre des ailes est présent un gros ocelle bleu nuit irisé, cerclé de noir et pupillé d'une tache blanche en forme de T. La femelle est visuellement assez semblable à l'exception de la couleur générale qui est brun-jaunâtre et de sa taille plus imposante.

Détermination : L'adulte est très simple à reconnaître.

Espèces proches : Aucune.

Période d’observation : Les adultes volent de mars à juin selon la latitude et l'altitude.

Biologie-éthologie :
Une génération par an. L'imago mâle a une activité diurne alors que la femelle s'active au crépuscule et la nuit. Les adultes sont dépourvus de trompe fonctionnelle, ce qui ne leur permet pas de se nourrir. Il en découle une durée de vie assez courte de l'ordre de quelques jours. Polyphages, les chenilles se nourrissent d'une multitude de feuilles de différentes essences d'arbres et d'arbustes avec une préférence pour Fagus sylvatica, mais aussi Quercus spp., Carpinus spp., Betula spp., Crataegus spp., Salix spp., etc. Ce sont les chrysalides enterrées au pied de la plante hôte qui hivernent.

Biogéographique et écologie :
Eurasiatique, du nord de l'Espagne au sud de la Scandinavie puis à travers les pays du centre et de l'Est européen, dans le Caucase, le nord de l'Iran, les montagnes de l'Altaï et le Sud sibérien, la Mongolie, le nord de la Chine et de la Corée jusqu’à l'est de la Russie. En Europe, absente des îles britanniques, elle est très localisée dans les régions méditerranéennes où elle se réfugie dans les montagnes. Ce papillon vit dans les milieux forestiers caducifoliés comme les hêtraies, les chênaies-charmaies, etc. Espèce présente aux étages collinéen et montagnard, jusqu’à 1300 mètres d'altitude.

D'après :
Ligue suisse pour la protection de la nature (L.S.P.N.), 1999. Les Papillons et leurs biotopes. Espèces. Dangers qui les menacent. Protection. L.S.P.N. Pro Natura, Bâle, volume 2, 667 pp.
Saturniidae of the Western Palaearctic : http://tpittaway.tripod.com/silk

Source : fiche descriptive, INPN
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G2 : Forêts de feuillus sempervirents
G4 : Formations mixtes d'espèces caducifoliées et de conifères
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Phalaena tau Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.