Punaise à tête allongée

Aelia acuminata (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Hemiptera Famille : Pentatomidae Sous-Famille : Pentatominae Genre : Aelia

  • 145
    observations

  • 21
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 7 – 10 mm

Diagnose :
Petite punaise jaunâtre fusiforme à la tête allongée et triangulaire, et le dessus du corps avec des lignes longitudinales plus sombres mais faiblement contrastées. Elle possède deux taches noires sous ses fémurs médians et postérieurs (méso- et métafémurs). Son menton sous sa tête (buccules) ne possède pas de dent.

Détermination : Simple.

Espèces proches :
Le corps fusiforme est caractéristique du genre Aelia. On distingue Aelia acuminata des autres espèces de ce genre à l’œil nu, par sa coloration dorsale moins contrastée. On peut confirmer l’identification avec une petite loupe en observant la présence de deux taches noires sous les méso- et métafémurs, et des buccules non dentées.

Période d’observation : Avril à octobre avec 2 grands pics équivalents en mai et aout.

Biologie-éthologie :
Elle se nourrit sur de nombreuses graminées adventices allant jusqu’à un mètre de hauteur dont : les agrostides, avoines, bromes, chiendents, dactyles, fétuques, fléoles, fromental, ivraies, orges, pâturins. Elle peut provoquer des dégâts dans les cultures céréalières, car elle pique les graines de blé, seigle, orge et avoine. Les adultes se déplacent en volant et peuvent occasionnellement être rencontrés sur des arbres ou sur des composées.

Biogéographie et écologie :
Espèce eurosibérienne atteignant la Finlande et la Suède jusqu'à 66° de latitude nord. Vers l’est, elle atteint la Sibérie centrale, la Chine, la Mongolie et le Pakistan. On la rencontre du niveau de la mer jusqu’à 1 950 m d’altitude. Peu exigeante, elle colonise les milieux herbeux riches en graminées, secs ou humides, cultivés ou non. Elle est une des punaises les plus fréquentes. La densité locale peut être importante, notamment dans les zones sèches ou de cultures.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aelia acuminata acuminata (Linnaeus, 1758)
Cimex acuminatus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.