Fauvette grisette

Sylvia communis Latham, 1787

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Sylviidae Genre : Sylvia

  • 123
    observations

  • 37
    communes

  • 12
    sources

  • Première observation
    1986

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Biotope - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - Mayenne Nature Environnement (MNE) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR Normandie-Maine - Parc Éolien des Avaloirs - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur 14 cm ; Envergure jusqu’à 22 cm. Chez ce petit passereau, les parties supérieures sont brunâtres et ailes sont largement marquées de roux sur les rémiges tertiaires et les grandes couvertures. La gorge est blanche, la calotte des mâles est grise et celle des femelles est brunâtre. Les parties inférieures sont teintées du jaune clair et rose pâle chez les mâles.

Facilité d'indentification :
Moyennement difficile.

Confusions possibles :
Confusions possibles dans le sud de la France avec la Fauvette à lunettes plus petite et présentant plus de roux sur les ailes. La Fauvette babillarde peut également faire l’objet de confusion. Cette dernière est cependant dépourvue de teinte rousse et sa coloration générale et plus sombre.

Répartition générale :
Pendant la période de reproduction, la Fauvette grisette est présente dans une large partie du Paléarctique occidental de la péninsule ibérique jusqu’au centre de la Sibérie ainsi qu’en Afrique du nord. Les zones d’hivernage se situent en Afrique sub-saharienne du Sénégal à la Somalie et jusqu’à l’Afrique du sud.

Habitat et biologie :
C’est une espèce qui fréquente les milieux buissonnants semi-ouverts et broussailleux comme les bocages et la végétation des ourlets. Le nid est construit bas dans un arbuste ou dans des herbes hautes. La femelle y pont 4 à 5 œufs. Le mâle et la femelle participent à l’incubation d’une à deux couvées par an. L’espèce se nourrit principalement d’insectes. Les nichées sont occasionnellement parasitées par le Coucou gris (Cuculus canorus). C’est une migratrice transsaharienne qui revient en France dès le mois de mars, pour repartir à partir du mois de septembre.

Source : fiche descriptive, INPN
FA : Haies
G3 : Forêts de conifères
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
I1 : Cultures et jardins maraîchers
I2 : Zones cultivées des jardins et des parcs

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Curruca communis (Latham, 1787)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.