Bergeronnette printanière

Motacilla flava Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Motacillidae Genre : Motacilla

  • 10
    observations

  • 4
    communes

  • 5
    sources

  • Première observation
    1986

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - Parc Éolien des Avaloirs

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur totale : 15-16 cm ; poids : 15-20 g.

Diagnose :
Oiseau élancé, à la queue longue, assez haut sur pattes. La coloration générale du mâle est jaune sur les parties inférieures et vert lavé de brunâtre sur les parties supérieures. Chez la sous-espèce type, la plus commune en France et en Europe de l’Ouest, la tête est grise, avec un long sourcil de la base du bec en arrière de l’œil et un fin trait blanc au menton. Les femelles sont en général plus pâles, jaune pâle à crème dessous. Le dessin de la tête est moins net que chez le mâle, le sourcil étant crème et non blanc. La distinction des femelles d’une sous-espèce à l’autre est délicate, voire souvent impossible. Les jeunes ressemblent aux femelles, avec des couleurs plus ternes encore, les parties inférieures étant blanchâtres.

Détermination :
Simple au niveau spécifique. Facile sur photo.

Période d’observation : Avril à octobre (les premiers oiseaux reviennent dès la mi-mars, et à l’automne des retardataires s’observent jusqu’en novembre).

Biologie-éthologie :
Cette bergeronnette se nourrit principalement d’invertébrés terrestres et aquatiques qu’elle attrape en picorant, à la suite d’une course-poursuite ou encore après un court vol sur place. L’espèce est fréquemment associée au bétail, aussi bien sur ses lieux de reproduction qu’en hivernage. Le bétail, en avançant, fait décoller des insectes dont se nourrissent les Bergeronnettes printanières.

Biogéographie et écologie :
La Bergeronnette printanière niche des îles Britanniques à travers l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, puis l’Asie centrale jusqu’en Extrême-Orient. Elle hiverne en Afrique de l’Ouest, au sud du Sahara, au moins pour ce qui concerne les nicheurs français. En période de reproduction l’espèce se rencontre dans les zones marécageuses, les bords d’étangs, les lagunes et prairies, de même que dans les cultures.

Source : fiche descriptive, INPN
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales
E2 : Prairies mésiques
E3 : Prairies humides et prairies humides saisonnières
X02 : Lagunes littorales salées
X03 : Lagunes littorales saumâtres

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Budytes flavus (Linnaeus, 1758)
Motacilla flava rayi (Bonaparte, 1858)
Motacilla flavissima

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.