• 41
    observations

  • 12
    communes

  • 3
    sources

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2020
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Biologie :
L'écrevisse à pieds blancs est un petit crustacé. Sa taille atteint au maximum 13 cm. Sa couleur va du vert bronze au brun olivâtre, le dessous des pinces et des pattes est blanc, d'où son nom. Sa longévité va jusqu'à 12 ans. Elle se reproduit à partir de la troisième année en automne : la femelle va incuber les œufs pendant six à neuf mois, l'éclosion et la libération des larves se font à la fin du printemps.

Écologie :
L'écrevisse à pieds blancs est une espèce particulièrement exigeante, elle vit dans les eaux fraîches (15 à 18°C) de bonne qualité et bien oxygénées. Elle affectionne les cours d'eau rapide avec de nombreux abris (cailloux, blocs et racines) où elle peut se protéger. Elle se nourrit essentiellement de petites proies mais également de débris organiques divers. Elle est un indicateur de la bonne qualité de nos cours d'eau.

Répartition et protection :
L'écrevisse à pieds blancs est une espèce d'Europe occidentale, autrefois commune en France et abondante dans nos rivières mais elle est désormais en voie de disparition. La principale cause est la dégradation de son habitat (pollution de l'eau et recalibrage des rivières). Elle est aussi concurrencée par l’écrevisse du pacifique introduite massivement dans les cours d'eau. Cette dernière est moins exigeante quant à la qualité du milieu et est porteuse saine d'une maladie, l'aphanomycose, qui décime les populations de l’écrevisse à pieds blancs qui est protégée en France et dans l'Union européenne. Cette espèce bénéficie d’un plan de conservation à l’échelle du Parc.

Source : Parc Normandie-Maine
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Astacus pallipes Lereboullet, 1858

Video (1)


Quand les petites actions font les grandes rivières - Vers une reconquête écologique du Sarthon

(Parc & Géoparc Normandie-Maine)
Auteur: Parc naturel régional Normandie-Maine
Description: Un film réalisé par Philippe Laforge qui dresse le bilan des opérations de restauration menées sur le Sarthon par le Par naturel régional Normandie-Maine en partenariat avec les acteurs locaux.

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.