Aulonie mains-blanches

Aulonia albimana (Walckenaer, 1805)

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Lycosidae Genre : Aulonia

  • 84
    observations

  • 8
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    1999

  • Dernière observation
    2023
Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Société Limousine d'Étude des Mollusques

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
Europe, Bassin méditerranéen

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 4 mm, ♂ : 3-4 mm.

Araignée-loup de petite taille, facile à reconnaître à sa couleur : le corps noir, les pattes brunes excepté les fémurs de la paire de pattes antérieure, noirs. Elle présente une bande blanche latérale sur le céphalothorax et des taches de soies blanches sur les tibias des pédipalpes et parfois sur l’abdomen. Il n’existe qu’une espèce dans ce genre en France. Elle pourrait être confondue avec Piratula latitans, de même taille, mais les pédipalpes de Piratula sont unicolores et les autres taches blanches sont localisées différemment.

Milieux colonisés :
L’espèce colonise une végétation ouverte de milieux chauds mais ombragés : pelouse, landes, … On la trouve dans la mousse, les herbes, sous les pierres.

Chasse :
La toile est caractéristique d’une sous-famille de Lycosidés dont elle est la seule représentante en France : les Hippasinés. Il s’agit d'une petite nappe prolongée par un tube-retraite. L’araignée procède comme les Agélénidés et capture ses proies sur la nappe. Elle les entraîne dans son tube pour les manger. Les mâles se nourrissent encore mais ne construisent pas de toile.

Développement, cycle :
Le cycle est annuel. Les mâles sont observés de mi-mai à mi-août, les femelles de mi-mai à mi-octobre.

La ponte a lieu en fin d’été, elle comprend de 10 à 20 œufs. La ♀ porte le cocon attaché aux filières comme les autres Araignées-loups. Les jeunes éclos montent sur le dos de la mère. Après la dispersion, ils construisent une petite toile dont la nappe atteint à peine 1cm². Les jeunes passent l'hiver à l'état de subadultes.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Lycosa albimana Walckenaer, 1805

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.