Sympétrum sanguin (Le)

Sympetrum sanguineum (O.F. Müller, 1764)

Classe : Hexapoda Ordre : Odonata Famille : Libellulidae Genre : Sympetrum

  • 128
    observations

  • 39
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Abdomen : 20-26 mm. Ailes postérieures :23-29 mm.

Diagnose :
Petite libellule rouge (mâle) ou jaune et noir (femelle et juvénile). Les pâtes sont noires. Les ptérostigmas sont buns rougeâtre à noirâtre. L’abdomen est rétréci au niveau des segments 3 à 5.

Détermination :
Les mâles sont relativement simples à reconnaître. La détermination des femelles est plus délicate.

Espèces proches :
Confusion possible avec Sympetrum depressiusculum.

Période d’observation :
Les adultes sont observés d’avril à novembre dans le sud, de mai à octobre dans le nord.

Biologie et écologie :
Cette espèce se reproduit dans les eaux stagnantes et faiblement courantes, et bien ensoleillées. Elle occupe également des milieux saumâtres ou anthropisés. Elle apprécie les berges à faible pente riches en hélophytes et subissant un assèchement estival. Les œufs éclosent au printemps après une diapause hivernale et la libellule émerge 1 à 3 mois plus tard. La ponte commence généralement en tandem puis est terminée par la femelle seule sous la surveillance du mâle.

Biogéographie :
L’espèce est présente d’Europe de l’ouest à la Sibérie et au Maghreb. En France, elle est présente sur l’ensemble du territoire en plaine et jusqu’à 1700 m.

D'après :
Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface
D4 : Bas-marais riches en bases et tourbières des sources calcaires
J5 : Plans d'eau construits très artificiels et structures connexes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Diplax nigrostigma Buchecker, 1878
Libellula roeselii Curtis, 1838
Libellula sanguineum O.F. Müller, 1764

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.