• 25
    observations

  • 18
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    2019

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Groupe Ornithologique des Avaloirs - Habitants-bénévoles - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Description :
La Pyrale du Buis est un lépidoptère de la famille des Crambidae. La chenille a une tête noire luisante, son corps est vert clair, strié longitudinalement de vert foncé. Elle atteint 44 mm de long. Elle possède des verrues noires et de longs poils blancs isolés non urticants. La nymphe est de couleur brune et atteint 21 mm. L’adulte présente deux types de coloration : une bicolore avec des ailes blanc nacré entourées d’une bande brun claire et une autre mélanique de couleur brune. Les deux formes présentent néanmoins chacune une tache en forme de demi-lune sur l'avant de l'aile antérieure.

Détermination et espèces proches :
Facile à reconnaître, mais confusion possible avec la Bordure entrecoupée Lomaspilis marginata (Linnaeus, 1758). Certains dégâts sur des buis peuvent avoir une autre origine.

Période d’observation :
De mars à octobre, avec un pic pour les adultes en juin et en septembre.

Biologie-éthologie :
Activité nocturne. Deux à quatre générations par an. Les œufs translucides sont pondus sous la face inférieure des feuilles de Buis. Une ♀ peut pondre entre 800 à 1200 œufs en laboratoire. Les chenilles se nourrissent des feuilles du Buis et les adultes de nectar. L’espèce passe l’hiver au stade de jeune chenille dans une logette de soie consolidée par des feuilles de Buis.

Écologie et distribution :
Espèce introduite en Europe, originaire d’Asie orientale. Les populations se développe dans des milieux où le Buis commun est présent (forêt, jardins, parcs, …). D’autres espèces ou variétés de Buis ornementaux peuvent être attaquées. Les oiseaux ou le Frelon asiatique mangent les chenilles.

Cydalima perspectalis a très probablement été introduite via le commerce de variétés ornementales de Buis. Les premières observations ont été réalisées en Allemagne en 2007 près de la frontière française. En 2008, l’espèce est observée en Alsace. Depuis, la Pyrale du buis a colonisée presque l’ensemble du territoire national et de nombreux pays en Europe.

Références bibliographiques :
Brua, C. 2013. La pyrale du buis, Cydalima perspectalis (Walker, 1859), espèce exotique envahissante, caractéristiques de sa dynamique d'expansion en France et en Europe, des dégâts occasionnés sur les buis (Buxus spp) et des stratégies de lutte. In, Conference: AFPP - 3e conférence sur l'entretien des Zones Non Agricoles 15, 16 et 17 octobre 2013 - ENSAT Toulouse. 365-377.
Ephytia (INRA) : http://ephytia.inra.fr/fr/C/21251/Agiir-Pyrale-du-buis
Feldtrauer, J.-F., Feldtrauer, J.-J. & Brua, C. 2009. Premiers signalements en France de la Pyrale du Buis Diaphania perspectalis (Walker, 1859), espèce exotique envahissante s’attaquant aux Buis (Lepidoptera, Crambidae). Bulletin de la Société Entomologique de Mulhouse, 65(4): 55-58.
https://www.insectes-net.fr

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Diaphania perspectalis (Walker, 1859)
Glyphodes perspectalis (Walker, 1859)
Neoglyphodes perspectalis (Walker, 1859)
Palpita perspectalis (Walker, 1859)
Phakellura perspectalis Walker, 1859

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.