• 22
    observations

  • 11
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Groupe Mammalogique Normand (GMN) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur 16 cm dont 3 cm pour la queue.
Petit rongeur trapu à pelage brun roux dessus, gris brun sur les flancs et gris blanc sur les parties inférieures. Il présente des oreilles bien développées et une queue de grande taille pour un campagnol.

Facilité d'indentification :
Délicate.

Confusions possibles :
La confusion est possible avec d’autres espèces de micro mammifères et en particulier les autres espèces de campagnols dont il se distingue par sa couleur roussâtre caractéristique, ses yeux plus grands, ainsi que la plus grande taille de ses oreilles et de sa queue.

Répartition générale :
Espèce paléarctique largement répartie en Europe jusqu’en Sibérie. Il est absent du bassin méditerranéen, de l’Islande, de l’Irlande et du nord de la Scandinavie.

Habitat et biologie :
Le Campagnol roussâtre est une espèce forestière, des haies et jardins. Il apprécie la présence d’un couvert arbustif dense. Le nid souterrain se trouve à faible profondeur sous une pierre ou dans une souche. La reproduction a généralement lieu du mois de mars au mois d’octobre et la femelle peut avoir 4 à 5 portées qui comptent 3 à 5 petits chacune. Le Campagnol roussâtre consomme une grande variété de végétaux et champignons et s’alimente de feuilles, fleurs, bourgeons, baies, écorces, graines et racines. Il consomme également des insectes, des vers et plus occasionnellement des nichées d’oiseaux. Il enterre fréquemment ses aliments dans des cachettes.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Clethrionomys alstoni
Clethrionomys britannicus
Clethrionomys fulvus
Clethrionomys glareolus bernisi Rey, 1972
Clethrionomys glareolus cantueli Saint-Girons, 1969
Clethrionomys glareolus curcio Lehmann, 1961
Clethrionomys glareolus garganicus Hagen, 1958
Clethrionomys glareolus makedonicus Felten & Sorch, 1965
Clethrionomys glareolus prinius
Clethrionomys glareolus variscius
Clethrionomys gorka
Clethrionomys hallucalis
Clethrionomys helveticus
Clethrionomys hercynius
Clethrionomys insulaebellae
Clethrionomys intermedius Burg
Clethrionomys istericus
Clethrionomys italicus
Clethrionomys jurassicus
Clethrionomys nageri
Clethrionomys norvegicus
Clethrionomys pratensis
Clethrionomys reinwaldti
Clethrionomys riparia Yarrell
Clethrionomys rubidus
Clethrionomys rufescens
Clethrionomys ruttneri
Clethrionomys sobrus
Clethrionomys suecicus
Clethrionomys tomensis
Clethrionomys vasconiae
Clethrionomys vesanus
Evotomys glareolus Schreber, 1780
Myodes glareolus (Schreber, 1780)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.