Marbré-de-vert (Le)

Pontia daplidice (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Lepidoptera Famille : Pieridae Sous-Famille : Pierinae Tribu : Pierini Genre : Pontia

  • 1
    observation

  • 1
    commune

  • 1
    source

  • Première observation
    1917

  • Dernière observation
    1917
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : Adulte : 44 -50 mm

Diagnose :
Petit papillon blanc avec une bordure noire maculée de blanc à l’apex de l’aile antérieure. Présence d’une tache noire dans la cellule vue du dessus. Le revers des ailes postérieures est ornéde marbrures vertes à jaune verdâtre. La ♀ a des motifs plus accentués que le ♂. La chenille est vert bleuté avec des points noirs et des bandes jaune vif.

Détermination : L'adulte est moyennement difficile à reconnaître.

Espècesproches :
Le Marbré-de-vert peut être confondu avec d’autres Marbrés. La tache costale blanche de l’apex de l’aile antérieure permet de distinguer les Pontia des Euchloe. Les motifs du revers sont également caractéristiques.

Période d’observation : L’adulte est visible de mars à octobre.

Biologie-éthologie :
Le Marbré-de-vert réalise entre deux et quatre générations chaque année. Les chenilles se nourrissent de différentes espèces de Brassicacées et de Resedacées. La ♀ pond environ 60 œufs sur les feuilles et les fleurs de la plante hôte. Les adultes sont migrateurs et peuvent se rencontrer loin de leur site de naissance.

Biogéographieet écologie :
Le Marbré-de-vert est présent au Maghreb, en Europe et en Asie. Espèce d’affinité méridionale, elle se reproduit dans les pelouses sèches, les prairies, les dunes et les friches jusqu’à 2200 m d’altitude. Elle est globalement en déclin dans le nord de son aire derépartition.

D’après :
Bellmann,H. (trad. Luquet, G.), 2013. Quel est donc ce papillon ?Les guides Nathan. Paris. 449 p.
Doux Y., Gibeaux C., 2007. Les papillons de jour d’Île-de-France et de l’Oise. Biotope, Mèze. Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. 288 p.
Lafranchis, T., Jutzeler, D., Guilloson, J.-Y., Kan, P., Kan, B. 2015. La viedes papillons. Editions Diatheo. Montpellier. 751 pp.
Lafranchis, T. 2016. Papillons de France. Editions Diatheo. Montpellier.351 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
E5 : Ourlets, clairières forestières et peuplements de grandes herbacées non graminoïdes
I1 : Cultures et jardins maraîchers

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Leucochloe daplidice (Linnaeus, 1758)
Papilio bellidice Brahm, 1804
Papilio daplidice Linnaeus, 1758
Pieris daplidice (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.