Punaise de l'aubépine

Acanthosoma haemorrhoidale (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Hemiptera Famille : Acanthosomatidae Sous-Famille : Acanthosomatinae Genre : Acanthosoma

  • 23
    observations

  • 16
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CAILLY Léa - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 14 - 18 mm.

Diagnose :
Grande punaise (la plus grande de France) allongée et bicolore vert clair et rougeâtre, avec le pronotum bicolore, le scutellum vert et les antennes noires. Pronotum avec deux pointes (aux angles huméraux) plus ou moins aiguës mais toujours saillantes par rapport au corps, pattes vertes.

Détermination : Simple

Espèces proches :
Sa grande taille la distingue des autres espèces de punaises Acanthosomatidae.
Elasmostethus interstinctus et Elasmostethus minor sont des espèces proches, mais plus petites et qui ne possèdent pas de pointes humérales saillantes.

Période d’observation : Mars à novembre.

Biologie-éthologie :
Cette espèce vit sur les arbres et arbustes comme les autres Acanthosomatidae. Elle se nourrit en piquant les baies rouges des Rosaceae comme l'aubépine, les rosiers ou le sorbier. On la rencontre aussi sur d’autres essences : bouleaux, charme, chênes à feuilles caduques, cornouiller, hêtre, noisetier, peuplier, poirier, prunier, sureau, tilleul, tremble, viorne.

Biogéographie et écologie :
Espèce eurosibérienne, elle se rencontre jusqu’à 63° de latitude nord en Suède, Norvège, Finlande. Elle est assez commune dans son biotope, plus fréquente à la fin de l’été, mais rarement trouvée en nombre du fait de l’inaccessibilité des branches d’arbres sur lesquelles elle vit. Elle préfère les forêts humides et elle est donc rare ou absente dans les zones à influence méditerranéenne.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Acanthosoma haemorrhoidale haemorrhoidale (Linnaeus, 1758)
Acanthosoma hoemorrhoidale (Linnaeus, 1758)
Cimex haemorrhoidalis Linnaeus, 1758
Pentatoma haemorrhoidalis (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.