Traquet tarier

Saxicola rubetra (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Muscicapidae Genre : Saxicola

  • 10
    observations

  • 5
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    1986

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur totale : 12 à 13 cm. Poids : 18 g en moyenne.

Diagnose :
Le Tarier des prés est un petit passereau de la taille d'une mésange (Parus sp.), d'aspect ramassé, court de queue et se tenant bien droit. Comme tous les membres du genre Saxicola, lorsqu'il est perché, on le reconnaît à ses comportements nerveux, secouant rapidement sa queue et fléchissant son corps. En période nuptiale, le mâle se distingue par son grand sourcil blanc très visible. Le dessous est blanc largement teinté d'ocre orangé à la poitrine et au cou. L'extrémité de la queue est noire bordée à la base de blanc pur, visible en vol. La femelle paraît plus pâle, en particulier à la tête où le sourcil nettement moins marqué est jaunâtre.

Détermination :
Simple. Facile sur photo.

Espèces proches :
D'allure et de taille presque identique, le Tarier pâtre femelle ou immature est la seule espèce pouvant être confondue avec le Tarier des prés. Le croupion jaunâtre tacheté de noir (en partie blanc chez le mâle) et la tête brunâtre, sans sourcil bien défini, le distinguent.

Période d’observation :
Avril à septembre.

Biologie-éthologie :
L'espèce se nourrit essentiellement d’invertébrés. Les proies les plus consommées sont des orthoptères, hyménoptères, diptères, mais également des chenilles, des papillons ou des araignées.

Biogéographie et écologie :
Le Tarier des prés se reproduit dans les régions tempérées et boréales du Paléarctique, de l'Atlantique à la Sibérie occidentale. Les prairies naturelles humides et les prairies d'altitude constituent ses milieux préférentiels en période de nidification. Migrateur transsaharien, ses zones d'hivernage se trouvent en Afrique tropicale.

Source : fiche descriptive, INPN
D : Tourbières hautes et bas-marais
E3 : Prairies humides et prairies humides saisonnières
E4 : Pelouses alpines et subalpines
F2 : Fourrés arctiques, alpins et subalpins
F9 : Fourrés ripicoles et des bas-marais

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Motacilla rubetra Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.