Milan noir

Milvus migrans (Boddaert, 1783)

Classe : Aves Ordre : Accipitriformes Famille : Accipitridae Genre : Milvus

  • 15
    observations

  • 12
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CROCIS Julien - Conseil départemental de l'Orne - Groupe Ornithologique Normand (GONm) - Habitants-bénévoles - Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur 55-60 cm, envergure 160-180 cm, poids 630-940 g.

Il apprécie les abords des lacs, rivières et zones humides, même si le dérangement est important. Il évite par contre les montagnes et les grands massifs forestiers. Comparé au Milan royal, il est plus courant à basse altitude. Très aérien, il chasse essentiellement au-dessus de l’eau et des berges, qu’il survole souvent lentement et à hauteur basse, entre 10 et 60 m.

Le Milan noir est prédateur et charognard. Il arrive qu’il poursuive d’autres prédateurs (aigles, faucons, hérons…) pour leur dérober leur nourriture, voire qu’il pille les nids de cormorans ou de hérons pour s’approprier du poisson. Les proies vivantes sont petites et capturées au sol, sur l’eau ou en vol, notamment les insectes.

L’espèce est parmi les plus grégaires des rapaces. Il est particulièrement sociable en dortoir ou sur les lieux d’alimentation, décharges notamment, ainsi qu’en migration (regroupements de plusieurs dizaines d’oiseaux). Les couples sont monogames et les mêmes oiseaux se retrouvent généralement d’une année sur l’autre. Les nids sont isolés ou en colonie lâche avec des espacements de plus de 100 m. La femelle est peu active et ne quitte pas le petit territoire du nid. Elle est entièrement approvisionnée par le mâle entre avril et mi-juin.

Le nid est une structure compacte de branchages, garnie de divers déchets et surtout de papiers, chiffons, plastiques. Il est construit sur une branche d’arbre ou à ne fourche, plutôt près du sommet. Certains oiseaux s’installent sur des falaises, mais en général installent tout de même le nid sur un arbre ou un arbuste accroché à la paroi. La ponte unique de 2-3 œufs (extrêmes : 1-5) est déposée à partir de mi-avril. L’incubation dure 26 à 38 jours et les jeunes s’envolent à l’âge moyen de 42 jours.

Source : fiche descriptive, INPN
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
X10 : Bocages

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Falco migrans Boddaert, 1783
Milvus korschun

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.