Ecaille fermière (L')

Arctia villica (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Erebidae Sous-Famille : Arctiinae Tribu : Arctiini Genre : Arctia

  • 43
    observations

  • 25
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    1978

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Envergure : 45 - 60 mm.

Diagnose :
Le recto des ailes antérieures est de couleur noire, maculé de grandes taches blanc crème de forme et de taille variables, parfois fusionnées. Le dessus des ailes postérieures est jaune orangé avec des points et une tache apicale noire de taille fluctuante. Le revers des ailes est caractérisé par des côtes rougeâtres. La tête ainsi que le thorax sont noirs et l'abdomen est jaune orangé à sa base puis il vire au rouge. Ce dernier possède une rangée de points noirs sur le dos et les flancs.

Détermination :
L'adulte est facile à identifier.

Espèces proches :
En France métropolitaine, l'Écaille fermière est caractéristique.

Période d’observation :
Les adultes volent de mai à juillet.

Biologie-éthologie :
L'Écaille fermière a une génération par an. L'adulte est actif de nuit comme de jour. Polyphage, la chenille se nourrit de très nombreuses plantes basses. L'espèce hiverne au stade de chenille.

Biogéographique et écologie :

Méditerraneo-asiatique, l'aire de distribution d'Arctia villica s'étend du nord-ouest de l'Afrique au sud de l'Angleterre, à travers toute l'Europe méridionale et tempérée jusqu’en Asie Mineure, en Transcaucasie, dans le nord de l'Iran et les steppes du sud-ouest sibérien. Thermophile, ce papillon privilégie les milieux ouverts ou semi-ouverts tels que les pelouses sèches, les prairies maigres et les garrigues. L'Écaille fermière est présente de l'étage collinéen à subalpin.

D'après :
Ligue suisse pour la protection de la nature (L.S.P.N.), 2005. Les Papillons et leurs biotopes. Espèces. Dangers qui les menacent. Protection. L.S.P.N. Pro Natura, Bâle, volume 3, 916 pp.
Witt T-H. & Ronkay L., 2011. Lymantriinae-Arctiinae, including phylogeny and check list of the quadrifid Noctuidea of Europe. Noctuidae. Entomological Press Soro, Danemark, volume 13, 448 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
B : Habitats côtiers
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales
D : Tourbières hautes et bas-marais
E : Prairies ; terrains dominés par des herbacées non graminoïdes, des mousses ou des lichens
F : Landes, fourrés et toundras
G : Boisements, forêts et autres habitats boisés
H : Habitats continentaux sans végétation ou à végétation clairsemée
I : Habitats agricoles, horticoles et domestiques régulièrement ou récemment cultivés
J : Zones bâties, sites industriels et autres habitats artificiels

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Chelonia villica (Linnaeus, 1758)
Epicallia villica (Linnaeus, 1758)
Phalaena villica Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.