Melanostoma mellinum (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Diptera Famille : Syrphidae Sous-Famille : Syrphinae Tribu : Bacchini Genre : Melanostoma

  • 84
    observations

  • 15
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2023
Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Très petite, 5 à 7mm.

Diagnose :
Le genre Melanostoma comprend six espèces en Europe mais il est possible que les espèces soient mal définies dans ce genre compliqué mais très commun. On les reconnaît grâce à leurs callus huméraux glabres, des antennes courtes, une tête et un thorax qui sont entièrement noirs et un abdomen relativement allongé. Proche du genre Platycheirus on peut les en différencier grâce au métasternum peu sclérifié et les mâles ont toujours les tibias antérieurs cylindriques. Les mâles ont le second sternite moins de 1,25 fois plus long que sa largeur maximale. La partie médiane du thorax ne comporte aucun poil noir. Les femelles sont encore plus difficilement déterminables.

Facilité d'identification :
Bien que cette espèce soit très commune son identification reste difficile, identification à la loupe binoculaire indispensable.

Confusions possibles :
Confusion possible avec toutes les espèces du genre Melanostoma mais également avec certains Platycheirus.

Période de vol :
Les adultes sont visibles d’avril à octobre en plusieurs générations successives avec des pics en mai, juin et août.

Répartition générale :
Migratrice et on la rencontre de l’Islande et de la Scandinavie jusqu’à la péninsule ibérique, au pourtour méditerranéen et en Afrique du Nord. Présent pratiquement dans toute l’Europe et jusqu’à la côte pacifique en passant par la Sibérie, on la retrouve également sur le continent américain de l’Alaska au Québec.

Habitat et biologie :
C’est une espèce commune occupant une grande diversité d’habitats ouverts et de milieux de transition. Anthropophile on la retrouve également dans le paysage agricole (cultures et prairies pâturées) et semi urbain (parcs et jardins). Les adultes sont régulièrement observés sur les graminées et se posent souvent sur le dessous des tiges et des feuilles dans la végétation basse. Les larves se nourrissent de pucerons sur une large variété de végétaux et peuvent également consommer d’autres larves de diptères.

Speight, M.C.D. (2020) Species accounts of European Syrphidae, 2020. Syrph the Net, the database of European Syrphidae (Diptera), vol. 104, 314 pp., Syrph the Net publications, Dublin.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Musca mellina Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.