Chargement...

  • 84 observations

  • 7 communes

  • 10 observateurs

  • 6 organismes

  • Première observation
    1999

  • Dernière observation
    2023

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc & Géoparc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données et sur les partenaires

Anonymisé - Chapelliere L. - Cherpitel Thomas - Chéreau Loïc - Claisse Mathieu - Courtial Cyril - Devogel Pierre - Inconnu - Maury-caudal Tristan - Petillon Julien

Avertissement : Seul les producteurs et les fournisseurs renseignés dans la base de données sont affichés ci-dessous. Si plusieurs organismes ont contribués à un même jeu de données, ils auront une part égale d'aide à la prospection. Les pourcentages affichés ne sont par conséquent pas cumulables entre eux.

  • PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine
    Participation à 80 Observations
    Part d'aide à la prospection : 95.24 %

    Fiche organisme
  • GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA)
    Participation à 78 Observations
    Part d'aide à la prospection : 92.86 %

    Fiche organisme
  • Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO)
    Participation à 4 Observations
    Part d'aide à la prospection : 4.76 %

    Fiche organisme
  • Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN)
    Participation à 1 Observation
    Part d'aide à la prospection : 1.19 %

    Fiche organisme
  • Société Limousine d'Étude des Mollusques
    Participation à 1 Observation
    Part d'aide à la prospection : 1.19 %

    Fiche organisme
  • Institut national de l'information géographique et forestière (IGN)
    Participation à 1 Observation
    Part d'aide à la prospection : 1.19 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Distribution mondiale :
Europe, Afrique du Nord

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 2-4 mm, ♂ : 2-3 mm.

Les pattes antérieures présentent des épines en rangées sur les bords des tibias et basitarses. Le céphalothorax est brun-noir, les pattes brunes sont annelées de noir, l’abdomen souvent noir est ponctué de blanc, avec deux taches blanches à l’avant et souvent trois taches médianes décalées. Le mâleprésente une grande plaque dorsale à l’avant de l’abdomen (scutum). En France, le genre comprend 5 espèces ainsi qu’une autre dans un genre très proche, Liophrurillus. L’observation des pièces génitales est indispensable pour l’identification.

Milieux colonisés :
Présente au sol dans des milieux ouverts très différents : depuis les dunes jusqu’aux sous-bois.

Chasse :
On la voit se déplacer rapidement au soleil, en général parmi les pierres. Souvent aussi à proximité de fourmis. Elle se nourrirait de différentes espèces de fourmis suivant certains auteurs mais pour d’autres, elle ne profiterait que de sa ressemblance avec ces insectes, ce qui est une protection, sachant qu’un certain nombre de prédateurs ne s’attaquent pas aux fourmis. Lorsqu'ils ne sont pas actifs, les Phurolithus se réfugient dans une loge de soie.

Développement, cycle :
Le cycle est annuel, en partie sur deux ans, au Nord de la France. Les adultes sont présents principalement au printemps et en été. La ponte a lieu en été.

Source : fiche descriptive, INPN

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

© INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition actuelle dans le monde

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Macaria festiva C.L. Koch, 1835 | Phrurolitus festivus (C.L. Koch, 1835)

Observations mensuelles

Avertissement : Les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.