Aphodius fimetarius (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Coleoptera Famille : Scarabaeidae Sous-Famille : Aphodiinae Tribu : Aphodiini Genre : Aphodius

  • 5
    observations

  • 3
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    2002

  • Dernière observation
    2019
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
5-8 mm.

Diagnose :
Corps et pattes noirs, élytres et massue des antennes rouges, une tache rouge aux angles antérieurs du premier segment thoracique. Abdomen noir. Ecusson au large que long. Corps bombé sur le dessus. La larve est de type « ver blanc », le corps blanc, mou et allongé, la tête et les pattes sclérifiées (dures), jaune-orangé.

Facilité d’identification :
Pour spécialiste/difficile

Confusion possibles :

Plusieurs autres espèces du même genre ou de genres proches présentent des colorations similaires, particulièrement deux espèces à ventre rouge : Rhodaphodius foetens (Fabricius, 1837) et dans une moindre mesure Coprimorphus scrutator (Herbst, 1789). Une espèce jumelle a été récemment confirmée : Aphodius cardinalis Reitter, 1892, qui ne diffère d’Aphodius fimetarius (Linnaeus, 1758) que pas ses organes génitaux mâles.

Biologie/Éthologie :
Les adultes comme les larves sont coprophages, principalement dans les excréments des herbivores. Les adultes se nourrissent et se reproduisent à l’intérieur des bouses et des crottins, puis les femelles creusent des puis verticaux dans le sol directement sous les excréments, en y enfouissant un peu de matière fécale sur laquelle elle pond ses œufs. Les larves écloses s’en nourriront et se nymphoseront dans le sol. Les adultes sont capables de détecter la présence d’excréments à de très grandes distances, permettant aux jeunes émergents de rapidement s’alimenter.

Biogéographie :
L’espèce est connue de toute la France métropolitaine (Corse inclue), où elle est abondante. C’est une des espèces de bousier qui résiste le mieux aux traitements chimiques modernes de vermifugation administré au bétail.

D'après : Baraud, J. 1992. Faune de France : France et régions limitrophes. 78, Coléoptères Scarabaeoidea d'Europe. Fédération française des sociétés de sciences naturelles. Paris - Société linnéenne de Lyon. Lyon. 856 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aphodius fimetivorus Gistel, 1857
Aphodius pedellus (De Geer, 1774)
Scarabaeus bicolor Geoffroy in Fourcroy, 1785
Scarabaeus fimetarius Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.